JO 2021 - Abalo, Karabatic et Guigou : les trois derniers Experts de retour au sommet du handball mondial

Derniers rescapés de l'équipe des "Experts", Luc Abalo, Michaël Guigou et Nikola Karabatic ont accroché une nouvelle médaille d'or olympique à Tokyo. La dernière pour les deux premiers, mais peut-être pas pour Karabatic.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Luc Abalo, Nikola Karabatic et Michaël Guigou lors des Jeux olympiques de Tokyo 2021. (AFP)

Clap de fin. En même temps que la défense française arrachait le dernier ballon aux Danois en finale des Jeux de Tokyo, le grand livre du handball tricolore a sans doute refermé son chapitre le plus glorieux, celui des Experts. De cette équipe invincible qui a marqué l'histoire de son sport pendant presque dix ans, entre 2008 et 2017, il ne restait plus que trois éléments à Tokyo : Nikola Karabatic, Luc Abalo, et Michaël Guigou. Trois immenses joueurs également sextuples champions du monde dans leur riche carrière.

Si l'avenir de Karabatic n'est pas encore fixé, les deux derniers ont d'ores et déjà annoncé que l'épopée tokyoïte, peu importe son issue, serait leur baroud d'honneur en Bleus. Une dernière sortie en fanfare donc, couronnée d'or face au Danemark, samedi 7 août (25-23), qui sonne peut-être la fin des Experts, mais pas des médailles.

"Si je devais les comparer à des joueurs de foot, Nikola Karabatic serait Cristiano Ronaldo, Michaël Guigou serait Lionel Messi et Luc Abalo serait Ronaldinho."

Jérôme Fernandez

à franceinfo: sport

Capitaine du navire tricolore parti à l'abordage des Danois à Tokyo, Guigou disputait ainsi son dernier combat, à 40 ans. "Aura-t-on un nouveau Michaël Guigou ? Pas sûr. Micka est un joueur très important de l'histoire du handball, pas que des Bleus, il laissera une grande empreinte. On n'aura plus ses gestes fabuleux", regrette déjà Jérôme Fernandez, consultant France Télévisions, qui rend hommage à l'éternel ailier, roi des jets de 7 mètres : "C'est un joueur très intelligent, très malin, pour moi le plus complet. Il n'a peut-être pas le physique de Nikola Karabatic, il est peut-être parfois moins en vue parce que les ailiers sont plus discrets, mais il sait marquer de partout, sur phase arrêtée ou en contre éclair, il marque les pénaltys, il fait marquer... En plus il est très précieux de par la sérénité qu'il apporte. Il aurait mérité d'être élu au moins une fois meilleur joueur du monde".

Karabatic et l'horizon 2024 

À son pot de départ, Michaël Guigou sera accompagné - comme toujours - par son fidèle pendant à droite : Luc Abalo. À 36 ans, le "Ronaldinho des Bleus" tourne lui aussi la page. "Depuis Jackson Richardson, c'est le joueur le plus génial qu'on ait eu, au sens propre, pose Jérôme Fernandez. On lui a souvent reproché de rater des choses simples, mais Luc est avant tout un artiste, capable d'inventer des gestes que d'autres ne feront jamais. Son talent le rend hyper spectaculaire et aujourd'hui il a gagné en maturité ce qui en fait un joueur terrible". Une folie qui, combinée à l'efficacité d'un Karabatic et à la polyvalence d'un Guigou, a fait des merveilles.

"Ils ont fait gagner beaucoup de titres. Maintenant ils ont assuré la transmission avec les jeunes, qui héritent de cet esprit issu des Barjots. Le témoin est passé."

Jérôme Fernandez

à franceinfo sport

Passé, mais l'un d'eux n'a pas totalement lâché le témoin en question. À 37 ans, Nikola Karabatic, revenu à son meilleur niveau après une rupture des ligaments croisés qui l'a éloigné des terrains pendant huit mois, laisse planer le doute sur la suite de sa carrière internationale.

"Nikola est hors norme génétiquement, et mentalement : il est de la trempe des très grands champions. Des garçons comme ça, même après des grosses blessures, ils ont tellement de talent, d'expérience, ils savent ce qu'ils doivent faire une fois revenus sur le terrain", éclaire Jérôme Fernandez.

De là à prolonger le plaisir jusque Paris en 2024 ? Pourquoi pas, selon le consultant France Télévisions : "En 2024, il aura 40 ans, c'est faisable. Il faudra voir son niveau mais c'est un compétiteur. Il va s'en donner les moyen je pense. Il a déjà tous les records possibles, mais il pourrait devenir le seul joueur à participer à six Jeux olympiques". Un défi qui semble à la démesure de Nikola Karabatic, et qui permettrait d'offrir au dernier des Experts un digne adieu à Paris dans trois ans.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers La France aux JO de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.