JO 2021 - Athlétisme : 100 m, décathlon, perche... Les rendez-vous à ne pas manquer à Tokyo

Les épreuves d’athlétisme démarrent ce vendredi 30 juillet aux Jeux de Tokyo, alors sortez vos agendas : voici les moments qu’il ne faudra pas rater pendant les dix jours de compétition.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
La finale du 100m hommes lors des Mondiaux de Doha, le 28 septembre 2019. (JEWEL SAMAD / AFP)

Tous en piste ! Ce vendredi 30 juillet marque le début de la semaine d'athlétisme aux Jeux olympiques de Tokyo 2021, une semaine qui sera, comme toujours, le temps fort de ces JO avec son lot d'épreuves phares. À commencer par les finales du 100m ce week-end, jusqu'aux relais et marathon en clôture, en passant par les différents concours ou encore le décathlon. Bref, c'est une semaine très riche qui s'annonce sur la piste du stade olympique.

Le show : les finales du 100 m

Sur la piste comme dans les bassins, c'est l'épreuve reine de l'athlétisme, et même des JO : le 100 m. C'est simple : s'il ne faut voir qu'une seule des 48 épreuves sur la piste, c'est bien celle-là. Une dizaine de secondes pendant lesquelles la Terre s'arrête de tourner, alors que les yeux du monde entier se rivent sur cette ligne droite. Cette année, ce sont les femmes qui ouvriront le bal avec les séries dès vendredi, avant les demi-finales et la finale samedi soir.

Face à la légende jamaïquaine Shelly-Ann Fraser Pryce (championne olympique en 2008 et 2012, 3e en 2016), sa compatriote Elaine Thompson compte bien défendre le titre olympique obtenu à Rio. Côté américain, la jeune pépite Sha'Carri Richardson a été suspendue après un contrôle positif à la marijuana. Les hommes suivront avec leurs séries le samedi, avant l'explication finale dimanche soir aussi. L'occasion de répondre à la question que tout le monde se pose : qui succédera au roi Usain Bolt, retraité mais triple champion olympique en titre de la discipline ?

>> 100 m femmes : vendredi à partir de 2 heures (séries) et samedi à 12h15 (demi-finales) puis 14h50 (finale), à suivre sur france.tv

>> 100 m hommes : samedi à partir de 12h45 (séries) et dimanche à 12h15 (demi-finales) puis 14h50 (finale), à suivre sur france.tv

Le duel au sommet : le concours de la perche hommes

Dans le ciel de Tokyo, la guerre des étoiles entre perchistes sera privée d'un de ses plus beaux astres avec le forfait de Sam Kendricks (positif au Covid-19). Mais le concours de perche masculin s'annonce tout de même stratosphérique avec du très beau monde en lice et un plateau qui a rarement été aussi relevé. On pense évidemment au Français Renaud Lavillenie, champion olympique en 2012. Blessé à la cheville début juillet, le tricolore sera-t-il à 100% ? Il le faudra sans doute pour détrôner Armand Duplantis.

À 21 ans, le phénomène suédois détient les records du monde de la discipline depuis 2020 (6,18 m en salle, 6,15 m en plein air), effaçant la marque établie par "Air Lavillenie" de centimètres (6,16 m pour le Français). Pour la première fois chasseur aux JO, Renaud Lavillenie, comme son frère Valentin, n'a rien à perdre. Et donc peut-être tout à gagner.

>> Qualifications le 31 juillet (à 2h40) et finale le 2 août (à 12h20), à suivre sur france.tv

Le sacre attendu : Kevin Mayer au décathlon

Longtemps sous-médiatisé en France, le décathlon et ses dix disciplines sont de retour sur le devant de la scène. Un come-back provoqué par un homme. Un athlète vice-champion olympique en 2016 à Rio, champion du monde en 2017 à Londres et recordman du monde : Kevin Mayer. À 29 ans, le Français arrive donc à Tokyo avec de grandes ambitions puisqu'il vise l'or, et rien d'autre.

Et dans une délégation française aux ambitions limitées en athlétisme, une telle chance de médaille ne se loupe pas. D'autant que suivre le décathlon de Kevin Mayer les 4 et 5 août, c'est en réalité suivre 10 épreuves différentes, du 100 m au 1500 m de clôture après 48 heures d'efforts. Mais pour Mayer, l'or n'est pas encore dans la poche : son principal rival, le Canadien Damian Warner, a signé la meilleure performance de l'année (8995 points, quatrième total de l'histoire).

>> Mercredi 4 août : 100 m (2 heures), saut en longueur (2h55), lancer de poids (4h40), saut en hauteur (11h30) et 400 m (14h30), à suivre sur france.tv

>> Jeudi 5 août : 110 m haies (2 heures), lancer du disque (2h50), saut à la perche (5h45), lancer du javelot (12h15) et 1500 m (14h40), à suivre sur france.tv

Le classique : les marathons pour finir en beauté

Ce n'est pas la plus spectaculaire, pas la plus regardée non plus, mais l'épreuve du marathon aux Jeux olympiques est un mythe intouchable. Et donc immanquable. Un statut qui réserve à la plus noble des distances le privilège de clore les Jeux, avec la course femme le samedi 7 août, puis celle des hommes le dimanche 8 août, dès minuit heure française. Les mauvaises langues y verront un somnifère parfait pour endormir les insomniaques, calomnie !

Car ces marathons olympiques seront proprement exceptionnels, simplement grâce à leurs participants. Chez les femmes, la Kényane Brigid Kosgei, toute recordwoman du monde qu'elle soit, bataillera contre ses compatriotes Ruth Chepngetich et Vivian Cheruiyot. Tandis que chez les hommes, le champion olympique en titre et premier homme sous les deux heures, Eliud Kipchoge, arrive déterminé en dépit de ses 36 ans : "Je veux montrer au monde que je suis toujours le meilleur, même si je sais aussi que la compétition sera féroce à Tokyo". Le ton est donné.

Ils valent le coup d'oeil : 110 m haies, relais mixte, triple saut...

En dix jours d'épreuves, impossible de ne louper aucune miette sans poser de congés ou entamer sérieusement son capital sommeil. Alors, sans être exhaustif, voici les autres moments forts à suivre pendant la semaine d'athlétisme au stade olympique. Soyons chauvins, et évoquons d'abord les chances de médailles françaises autres que Mayer et Lavillenie, notamment en lancer de disque (Mélina Robert-Michon), de marteau (Alexandra Tavernier et Quentin Bigot), ou encore en 3 000 m steeple (Djilali Bedrani) et 110 m haies (Wilhem Belocian).

Mais en dehors des Bleus, on aura un œil sur les concours de saut en hauteur et triple saut, qui oscillent toujours entre grand spectacle et immenses désillusions, tout comme les courses de demi-fond et divers relais. Surtout, pour finir, on guettera attentivement une grande première : celle du relais 4 x 400 m mixte. Et ça, c'est samedi 31 juillet avec une finale prévue à 14h35, heure française.

>> Le programme complet des épreuves aux Jeux olympiques

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers La France aux JO de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.