JO : Paris 2024 enterre l'idée de réintégrer le karaté au programme

Dans un communiqué, le comité d'organisation de Paris 2024 a coupé court au débat : le karaté ne sera pas au programme des Jeux dans trois ans.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Steven Da Costa face au Turc Eray Samdan lors des JO de Tokyo en karaté, le 5 août 2021. (AHMET IZGI / ANADOLU AGENCY)

Une médaille olympique pour l'histoire. Sacré à Tokyo en -67 kg, le Français Steven Da Costa restera à jamais le premier médaillé d'or de sa catégorie en karaté, et le premier tricolore. Mais il sera peut-être bien aussi le dernier. Il faudra en tout cas attendre pour lui trouver un successeur, puisque le comité d'organisation des Jeux de Paris 2024, interpellé par le karateka français, a confirmé jeudi 12 août que le karaté ne figurera pas au programme dans trois ans.

"Le programme des épreuves aux Jeux de Paris 2024 est définitif et ne pourra plus subir de modification. Celui-ci a été défini dans un calendrier connu de tous, dans le strict respect des règles édictées par le Comité international olympique (CIO)", précise le communiqué, qui se réfugie derrière le règlement : "Pour les Jeux de Paris 2024, les athlètes des nouveaux sports sont désormais intégrés au quota global des athlètes, au nombre de 10 500, et non plus dans un quota additionnel comme c'était le cas à Tokyo 2020. En conséquence, le nombre de sports additionnels pour les Jeux de Paris 2024 est de quatre et non cinq comme à Tokyo, et le nombre d'athlètes pour ces sports est plus de deux fois moins important, passant de 474 (dont 80 pour le karaté) à 232". 

Une histoire de chiffres donc, qui expliquerait que le breaking, l'escalade, le skateboard et le surf aient été préférés en février 2019. Rien à voir avec la sortie récente de Tony Estanguet, patron de Paris 2024, qui disait "chercher des sports qui cartonnent sur les réseaux sociaux et que les jeunes regardent énormément". 

Le communiqué justifie ce choix "guidé par l'identité de ces sports jeunes, accessibles et connectés avec leur époque en cohérence avec la vision de Paris 2024 et complémentaires avec le programme existant imposé". Pas sûr que cela fasse passer la pilule pour le karaté, ainsi que les 14 autres fédérations internationales non-retenues.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Karaté aux Jeux olympiques de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.