Les coulisses des JO. Rencontre avec deux volontaires français de Tokyo 2021

écouter (3min)

Plus de 11 000 sportifs participent à ces Jeux olympiques de Tokyo. Il y a aussi les journalistes, les préparateurs physiques mais aussi les volontaires. Une armée qui assure le bon fonctionnement des Jeux. Farida Nouar a rencontré deux d'entre eux.       

Article rédigé par
Farida Nouar - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Frédéric (à gauche) et Aymeric (à droite), bénévoles français aux Jeux Olympiques de Tokyo (Japon). (FARIDA NOUAR / FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Ils nous accueillent quand nous arrivons sur les sites de ces Jeux olympiques, contrôlent nos accréditions, prennent notre température, nous orientent, s’assurent que nous montons dans la bonne navette pour nous transporter sur les sites olympiques... Faciles à reconnaître avec leur polo bleu ciel, les volontaires sont en grande majorité japonais.

Au Budokan, le temple des arts martiaux, nous rencontrons deux volontaires français, qui avant de parler demandent l’autorisation à leur responsable (elle restera présente pendant toute  l’interview). Frédéric d’abord : chercheur en informatique. Il vit au japon depuis plus de 30 ans. Il s’est inscrit dès 2019 pour être volontaire sur ces JO. Il avait déjà vécu les Jeux olympiques, c'était à Nagano mais comme spectateur. 23 ans plus tard il passe de l’autre côté et sert d’interprète : "Je peux aider entre le français, l'anglais et le japonais en fonction des besoins, selon des journalistes, les remises de médailles, l'aide aux sportifs soit en conférence de presse, soit en zone mixte par exemple. On aide à la fois son pays mais aussi le Japon qui est un pays d'adoption en fait aussi." Et il se sent aussi privilégié : "Ça permet d'une part de vivre les Jeux un peu spéciaux puisque il n'y a pas de spectateurs donc on les vit de l'intérieur." souligne Frédéric.

On vit aussi les émotions à la fois des sportifs, des entraîneurs, des Japonais, l'écosystème des Jeux olympiques. Donc, c'est un honneur mais c'est aussi une expérience.

Frédéric

à franceinfo

Aymeric, bénévole dans son élément

Aymeric, consultant au Japon, est lui aussi interprète sur ces Jeux. Volontaire il se retrouve affecté au Budokan et rien ne pouvait lui faire plus plaisir : "J'ai 12 ans d'expérience du judo donc c'était d'une extrême opportunité de participer aux JO à l'endroit d'origine du judo." Il a eu le droit de s’installer en tribune pour regarder certains combats mais seulement pendant les pauses.

Tout comme Frédéric, il s’estime chanceux de pouvoir vivre les Jeux alors que beaucoup en sont privés : "J'ai pu être très proche des sportifs français alors qu'ils ont gagné ou perdu leurs combats. De cette émotion très intense dans cet environnement très particulier avec la pandémie mais c'est aussi très enrichissant pour moi d'être si proche des athlètes, de puvoir aider. C'est ce que j'apprécie beaucoup dans cette expérience", dit Aymeric.

Pas de chiffres sur le nombre de Français volontaires sur ces JO mais on sait que sur les 80 000 volontaires prévus sur les Jeux, 10 000 ont finalement jeté l’éponge par peur du Covid-19.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Judo aux Jeux olympiques de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.