JO 2021 : l'unité du monde en fil rouge, passage de témoin à Paris 2024, extinction de la flamme... Les moments forts de la cérémonie de clôture

Les Jeux olympiques de Tokyo sont officiellement terminés, et tous les regards sont déjà tournés vers Paris 2024.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min.
La maire de Paris, Anne Hidalgo, brandit le drapeau olympique lors de la cérémonie de clôture des Jeux olympiques de Tokyo, le 8 août 2021.  (KEMPINAIRE STEPHANE / KMSP / AFP)

Clap de fin pour les Jeux de Tokyo. La 32e édition des Jeux olympiques de l'ère moderne s'est terminée dimanche 8 août avec la traditionnelle cérémonie de clôture. Malgré report d'un an en raison d'une pandémie mondiale, les organisateurs ont réussi à tenir leur pari et ont offert une belle quinzaine sportive.

Beaucoup d'athlètes n'ont pu être présents dimanche à cause du protocole sanitaire strict. En effet, les athlètes devaient arriver maximum cinq jours avant leur compétition et repartir sous deux jours. C'est la raison pour laquelle les judokas français, par exemple, n'étaient pas présents. La page de Tokyo s'est ainsi refermée et celle de Paris 2024 s'est ouverte. Retour sur les moments forts de cette cérémonie. 

Le résumé de la cérémonie de clôture des Jeux de Tokyo

Une cérémonie sous le signe de l'unité

Après le traditionnel défilé des drapeaux des comités olympiques, avec le pays organisateur (Japon), la Grèce et la France en tête, les athlètes ont fait leur entrée dans le stade olympique national de Tokyo. Steven Da Costa a été choisi comme porte-drapeau français. À la différence de la cérémonie d'ouverture, les délégations ont fait leur arrivée sans hiérarchie ni ordre alphabétique. Une manière pour les organisateurs de mettre en avant l'unité du monde. 

La cérémonie a été, comme ce fut le cas pour la cérémonie d'ouverture, un extraordinaire festival pyrotechnique. Un des moments clés de la cérémonie a été ce lit de petites lumières issues des smartphones des participants, envahissant la pelouse du stade pour s'élever vers le ciel pour former les cinq anneaux olympiques. 

Une première référence à Paris a ensuite été faite avec la reprise de L'hymne à l'amour d'Edith Piaf, reprise en japonais puis en français, par Milet, chanteuse de J-Pop. 

La vasque olympique lors de la cérémonie de clôture des Jeux olympiques de Tokyo, au stade olympique, le 8 août 2021. (PEDRO PARDO / AFP)

Remise des médailles aux marathoniens

Autre moment fort à Tokyo. Les marathoniens ont reçu leur médaille lors de la cérémonie de clôture. Si d'ordinaire seuls les hommes montaient sur le podium à cette occasion, Tokyo a dépoussiéré cette tradition et a également, pour la première fois, mis à l'honneur les athlètes féminines en leur remettant également leur médaille. 

Les Kényanes Peres Jepchirchir, Brigid Kosgei, l'Américaine Molly Seidel, ainsi que le Kényan Eliud Kipchoge, le Néerlandais Abdi Nageeye et le Belge Bashir Abdi ont tous reçu leur médaille devant tous les autres athlètes, des mains de Thomas Bach, le président du Comité olympique international (CIO) et Lord Sebastien Coe, le président de World Athletics. 

Passage de relais entre Tokyo et Paris

En fin de cérémonie, madame le gouverneur de Tokyo Yuriko Koike, le président du CIO Thomas Bach et la maire de Paris Anne Hidalgo se sont retrouvés sur une scène éclairée aux couleurs de la France, pour la passation. Anne Hidalgo, la maire de Paris, a ainsi reçu le drapeau olympique des mains du gouverneur de Tokyo, par l'intermédiaire du président du CIO. Puis une Marseillaise a retenti dans le stade pour lancer la route vers Paris 2024. La vidéo de cette interprétation symphonique a été enregistrée au préalable, et a été notamment assurée par l'Orchestre national de Radio France. 

Petite surprise, l'astronaute Français Thomas Pesquet a, lui, joué quelques notes de l'hymne national au saxophone depuis la Station spatiale internationale. Avant la cérémonie, l'astronaute avait déjà simulé un passage de relais avec le Japonais Akihiko Hoshide. 

L'astronaute français, Thomas Pesquet, joue le début de la Marseillaise au saxophone pendant la cérémonie de clôture des JO de Tokyo.

La vidéo, tournée depuis les toits parisiens, a mis à l'honneur les célèbres monuments de Paris comme le Grand Palais ou l'Opéra. Un drapeau virtuel, "accroché" à la Tour Eiffel tel une voile à son mat, a plané sur la capitale. Virtuel, car le vent a contraint les organisateurs à renoncer au hissage de ce drapeau olympique gigantesque. Cette image de synthèse a donc été ajoutée en remplacement. La passation s'est poursuivie en direct du Trocadéro où de nombreux athlètes s'étaient retrouvés, comme Kevin Mayer, Teddy Riner, Clarisse Agbégnénou, pour communier avec le public français. La patrouille de France a ensuite survolé le Trocadéro. 

Thomas Bach a ensuite tenu à remercier, dans son discours de clôture, le Japon, les autorités locales ainsi que le comité d'organisation pour la tenue de ces JO. "Jamais une nation n'avait dû organiser des Jeux reportés", a félicité le président du CIO. Mais "nous l'avons fait ensemble". Thomas Bach a aussi voulu transmettre un message aux athlètes. "Vous avez offert au monde le plus beau des cadeaux, l'espoir. Le monde s'est retrouvé pour la première fois depuis le début de la pandémie", a-t-il poursuivi en appelant les athlètes du monde entier à se retrouver à Paris.

Dernier rituel, le président du CIO Thomas Bach a déclaré clos les Jeux olympiques de Tokyo. La flamme olympique s'est alors éteinte. Elle sera rallumée dans quelques jours pour les Jeux paralympiques qui débutent le 24 août, puis pour les Jeux d'hiver de Pékin en février 2022 et bien évidemment pour ceux de Paris dans trois ans.

Les Etats-Unis leader du tableau des médailles...

Qui dit cérémonie de clôture, dit aussi bilan des médailles par délégation. Les Etats-Unis ont pris la tête du classement des médailles dimanche avec le titre olympique des volleyeuses américaines face au Brésil, le premier de leur histoire. Les Etats-Unis ont ainsi remporté 113 médailles, dont 39 en or, devant la Chine (88 dont 38 en or) et le pays hôte le Japon (58 médailles dont 27 en or).

La France termine en huitième position de ce classement avec 33 breloques dont 10 en or. Un bilan décevant et en-deça des objectifs. L'Hexagone fait toutefois mieux qu'à Barcelone en 1992 avec 29 médailles et aussi bien qu'à Athènes en 2004 (33), mais c'est en revanche loin des JO de Pékin en 2008 ou de Rio en 2016 où la France avait remporté respectivement 43 et 42 médailles.

... et des premières médailles pour marquer l'histoire

Quelques pays ont marqué leur histoire à Tokyo, en remportant un premier titre olympique comme les Bermudes par exemple. La triathlète Flora Duffy a glané le premier titre olympique de l’histoire de cet archipel de moins de 70 000 habitants. La dernière médaille de cet Etat remontait en 1976, avec le boxeur Clarence Hill qui était monté sur la troisième marche du podium. Les Philippines ont aussi remporté la première médaille d'or olympique de leur histoire, grâce à Hidilyn Diaz, sacrée en haltérophile (-55kg). Le Burkina-Faso a également glané la première médaille de son histoire, avec le bronze d'Hugues-Fabrice Zango en triple saut.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Jeux olympiques de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.