JO 2021 : blessés ou trop juste sportivement en 2020, ils ont vu leurs Jeux olympiques "sauvés" par la pandémie de coronavirus

Pour la grande majorité des athlètes, le report d’un an des Jeux olympiques de Tokyo en raison du Covid-19 a été un coup dur, mais pour d’autres il a été synonyme de nouvelle chance.  

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Mehdy Metella s'est qualifié pour le 100 m papillon à Tokyo.  (ATTILA KISBENEDEK / AFP)

Si la logique sportive avait été respectée, ils n’auraient pas dû s’envoler pour Tokyo. Blessés ou trop juste physiquement, le nageur Mehdy Metella et l'athlète Hugo Hay avaient déjà fait une croix sur les Jeux olympiques de Tokyo. Mais avec la pandémie, l’annonce du report a rebattu les cartes. "Ça a été une grosse surprise, confie Mehdy Metella. Je ne comprenais pas ce qu’il se passait. Je me voyais déjà regarder les JO à la télé, sauf pour mes nages. Ça aurait été trop dur. Je me serais dit 'j'aurais dû être dans telle ligne pour battre mon record ou tel nageur’."

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Mehdy Metella (@metella_mehdy_officiel)

Regarder les Jeux de Tokyo depuis son canapé était la seule option laissée au vice-champion olympique du 4 × 100 m nage libre pour espérer ressentir un peu de l’ambiance des Jeux. Blessé à l’épaule gauche, le Guyanais a dû être opéré en janvier 2020. "J'avais une sorte de rupture du tendon. Après examen, nous avons compris que c’était plus grave que prévu et c’est à ce moment que nous avons pris conscience que je ne pourrai pas aller aux JO. J’étais au fond du gouffre. Je me consolais comme je pouvais avec mes proches. La déception était immense", se rappelle-t-il.

Sa blessure lourde a nécessité plusieurs mois d’arrêt et de rééducation. "J’ai été arrêté un an. Je suis passé du haut niveau à une personne qui recommence sa carrière à zéro", lâche-t-il. Le report des JO a tout changé et aujourd’hui, après un gros travail pour revenir à son meilleur niveau, Mehdy Metella se sent prêt à s’élancer dans la course aux médailles. "Pendant ma blessure, j’ai beaucoup appris sur mon corps, sur la manière dont il réagissait. Et aujourd’hui, j’ai une envie encore plus forte de participer aux Jeux", s’enthousiasme le nageur basé à Marseille et qui tentera de briller sur le 100 m papillon cet été. 

“Quand ils ont annoncé le report des Jeux, c'était champagne !”

A la différence de Mehdy Metella, Hugo Hay, spécialiste des courses de cross-country et du 5 000 mètres, n’a encore jamais participé aux Jeux olympiques. Et pour lui aussi, sa participation aux Jeux en 2020 semblait incertaine. “J'aurais été un peu juste. Mon temps de l’époque ne me permettait pas de me qualifier via le ranking mondial”, se rappelle-t-il.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Hugo Hay (@hugo.hay)

"Quand ils ont annoncé le report des Jeux, c'était champagne ! Ce report me laissait un an de plus pour les préparer", souligne Hugo Hay. Une année supplémentaire que le jeune athlète de 24 ans a mise à profit. “Le report m'a surtout permis d'assimiler tout le travail que j'ai fait l'année dernière et de passer un cap. Une année supplémentaire, c’est plus de kilomètres au compteur, des stages en altitude en plus donc c’est que du positif”, explique Hugo Hay, qui a obtenu sa qualification officielle le 2 juin, au meeting de Göteborg (Suède).

Pour le natif de Bressuire, dans les Deux-Sèvres, cette première tentative olympique servira principalement de galop d’essai. "Depuis le début, mon projet de carrière est Paris 2024. Tokyo sera une étape pour Paris, où je vais engranger de l’expérience afin de ne pas arriver dans l’inconnu dans trois ans. Avoir une olympiade de plus que prévu pourrait chambouler la suite de ma carrière", remarque Hugo Hay. Un coup du sort qui pourrait en effet changer le destin de plus d’un de ces sportifs.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Jeux olympiques de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.