Jeux d'hiver 2030 dans les Alpes françaises : "Ça nous permet d'espérer l'avenir plus sereinement", se réjouit le président de l’Association nationale des maires des stations de montagne

"Il n'y a rien de plus beau pour les sportifs que de participer aux Jeux olympiques d'hiver chez soi", s'enthousiasme Jean-Luc Boch, le président de l’Association nationale des maires des stations de montagne (ANMSM).
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
La candidature de la France pour les JO d'hiver 2030 s'articule, entre autres, autour de Méribel, Courchevel et Val d'Isère (ici sur la photo) pour les épreuves de ski alpin. (JEFF PACHOUD / AFP)

"Ça nous permet d'espérer l'avenir plus sereinement", se réjouit Jean-Luc Boch, le président de l’Association nationale des maires des stations de montagne (ANMSM) et président de France Montagnes, maire de la Plagne Tarentaise en Savoie, invité mercredi 29 novembre sur franceinfo, alors que le Comité international olympique a confirmé avoir uniquement retenu la candidature des Alpes françaises en vue de l'organisation des JO d'hiver en 2030.

"C'est un symbole d'excellence, signe qu'on est capable d'organiser de grandes manifestations et ça permet de mettre en valeur un territoire de montagne; un milieu par essence difficile", s'enthousiasme le président de l'ANMSM, "jamais on a eu autre chose qu'une ville candidate, aujourd'hui c'est tout un massif : on va aller dans des Jeux qui sont dans une originalité complète". Une chance également pour les athlètes, selon lui : "Il n'y a rien de plus beau pour les sportifs que de participer aux Jeux Olympiques d'hiver chez soi".

Face aux critiques sur l'impact environnemental de tels jeux, il réplique : "On a regardé comment on pouvait être le plus vertueux possible. On va travailler avec un système qui va nous faire utiliser l'existant : les tremplins de saut à ski de Courchevel sont l'exemple même d'investissements lourds et conséquents qui peuvent être réutilisés au-delà des Jeux". Quant aux émissions de gaz à effets de serre, il relativise : "Toutes les remontées mécaniques ne sont pas thermiques, mais électriques. Le damage est en train d'évoluer, on est déjà passé sur de l'huile de friture recyclée pour les moteurs, et on a des machines à hydrogène et électriques qui arrivent".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.