"C'est une belle reconnaissance" : les habitants de Marseille "fiers" de voir Florent Manaudou porter la flamme en premier sur le sol français

Florent Manaudou va être le premier à porter la flamme en France, mercredi soir. Une sorte de consécration avant l’heure pour le nageur de 33 ans qui a longtemps fait les belles heures du club de Marseille.
Article rédigé par Jérôme Val - édité par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Le nageur français Florent Manaudou au Palais des Sports de Bordeaux le 23 novembre 2023. (THIBAUD MORITZ / AFP)

Elle va enfin toucher le sol français. La flamme olympique va arriver par la mer à Marseille mercredi 8 mai. Elle se trouve depuis 12 jours sur le Belem, le trois-mâts tricolore qui est parti de Grèce et qui est en approche des côtes françaises. Et celui qui va être le premier à porter la torche sur le sol français sera Florent Manaudou. Le nageur de 33 ans est en pleine préparation de ses quatrièmes et derniers JO, mais le quadruple médaillé olympique va avoir le droit à une parenthèse dorée mercredi soir. 

Depuis que son nom a été dévoilé, il n'a pas pris la parole mais Florent Manaudou est attendu de pied ferme par de nombreux Marseillais. "C'est quelqu'un qui représente bien le sport, explique une Marseillaise. Il est sympathique et il ne se la joue pas. C'est quelqu'un que j'aime beaucoup, je suis très fière que ce soit lui qui prenne la flamme en premier à Marseille." "Il est gentil comme tout Florent Manaudou", affirme une autre habitante.

Quand il entrera dans le Vieux-Port à bord du Belem, il aura sur sa droite le Cercle des nageurs de Marseille, le club bâti sur un rocher où Florent Manaudou est licencié depuis plus de 10 ans. Pour le directeur technique national de la natation française, Julien Issoulié, le choix de Manaudou a du sens : "Je trouve que c'est une belle reconnaissance pour le parcours de la famille Manaudou. C'est notre capitaine, et en plus c'est l'un des plus gros palmarès qu'on ait aujourd'hui dans la natation."

"C'est assez symbolique d'avoir un athlète qui compte sur la place du monde olympique. C'est une belle image pour lui et pour la natation."

Julien Issouli, DTN de la Fédération française de natation

à franceinfo

Florent Manaudou sera donc sous le feu des projecteurs mercredi soir, avec des sollicitations qui se multiplient à deux mois et demi du début des compétitions. Mais il ne faut pas s'en inquiéter, explique Julien Issoulié : "Florent est toujours quelqu'un de particulier et il fait une épreuve particulière avec une façon de s'entraîner particulière. On ne peut donc pas le mettre dans une case en disant : 'Tu dois normalement dormir à ce moment-là', 'tu dois faire si ou ça', parce qu'il ne vit pas comme ça. Il est forcément au courant que c'est beaucoup de sollicitations, qu'il doit faire des choix et qu'il doit faire attention."

Florent Manaudou a maintenant deux défis : ramener une quatrième médaille de suite sur sa distance fétiche du 50 m nage libre [or en 2012 et argent en 2016 et 2021] et être, juste avant, porte-drapeau de la délégation française lors de la cérémonie d'ouverture le 26 juillet à Paris.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.