JO 2021 - Cyclisme : l'Autrichienne Anna Kiesenhofer crée la surprise, Juliette Labous 30e

La cycliste de 30 ans, partie dans l'échappée, n'a jamais été revue par les favorites. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
L'Autrichienne Anna Kieserenhofer partie en solitaire vers le titre olympique sur route à Tokyo, le 25 juillet 2021. (MICHAEL STEELE / AFP)

L'Autriche retrouve l'or olympique ! La cycliste Anna Kiesenhofer a offert au "pays des montagnes" son premier titre aux JO d'été depuis 2004 en s'imposant sur la course en ligne des Jeux de Tokyo, dimanche 25 juillet.

Partie dans l'échappée, Kiesenhofer a terminé les 40 kilomètres en solitaire pour s'offrir la plus belle victoire de sa carrière. Un succès inattendu face aux favorites néerlandaises. Annemiek van Vleuten a pris la médaille d'argent, devant l'Italienne Elisa Longo Borghini. Le Française Juliette Labous a pris la 30e place, après avoir tenté une attaque pour le podium en fin de course.

L'armada néerlandaise désorganisée

À chaque course ses épouvantails. Samedi, le duo Wout van Aert-Tadej Pogacar faisait trembler la course masculine, personne n'osant collaborer de peur de leur faciliter le travail. Ce dimanche, le viseur était sur les Néerlandaises et leur armada : Marianne Vos, sacrée en 2012 et triple championne du monde, Annemiek van Vleuten, championne du monde 2019, et Anna van der Breggen, championne olympique en titre et double championne du monde. À ce trio infernal de trentenaires s'ajoutait la jeune mais talentueuse Demi Vollering (24 ans), gagnante cette année de Liège-Bastogne-Liège et La Course by Le Tour.

Un autre trio est rapidement parti en tête, formé par l'Israélienne Omer Shapira, Anna Kiesenhofer et la Polonaise Anna Plichta. Les Néerlandaises ont alors été mises face à leurs responsabilités. "Si vous voulez rattraper l'échappée et jouer la gagne, il faudra rouler", semblaient leur intimer les autres concurrentes. Sur un parcours raccourci à 131 kilomètres, et amputé de l'ascension du Mont Fuji et du Mikuni Pass, le scénario ressemblait alors étrangement à celui des hommes, la veille. Pour un même résultat perdant-perdant.

Kiefenhoser oubliée par le peloton

Car les Néerlandaises ont tenu longtemps avant de céder au chantage, laissant l'échappée s'envoler à plus de neuf minutes. Elles se sont finalement mises à rouler, pour réduire l'écart à six minutes, avant d'enchaîner les attaques. Demi Vollering a tenté un départ en solitaire à 61 kilomètres de l'arrivée, dans l'ascension de la Doshi Road. Sans succès. Quelques kilomètres plus tard, Anna van der Breggen s'y est également essayé, sans plus de réussite, tout comme Marianne Vos. La quatrième attaque, cette fois signée Annemiek van Vleuten, lui a permis de s'isoler.

Elle avait pourtant été prise dans une chute avec sa coéquipière chez Movistar, la Danoise Emma Norsgaard. Van Vleuten n'a pas semblé affectée au moment de lancer son contre-la-montre pour rattraper les échappées, entre les deux difficultés de la journée. La coureuse de 38 ans a rapidement pris ses distances avec le peloton, mais l'écart était trop difficile à combler à 40 kilomètres de l'arrivée. Lorsque son sélectionneur lui a annoncé un retard toujours supérieur à 5 minutes, la Néerlandaise lui a demandé de répéter, avant d'hocher la tête, entre surprise et résignation. Elle est rentrée dans le rang quinze kilomètres plus tard.

La Néerlandaise Van Vleuten, candidate déclarée à une médaille, se retrouve à terre à l'approche de l'arrivée. La nervosité gagne le peloton !

À l'avant, justement, Anna Kiesenhofer a senti la médaille d'or à portée de pédales. L'Autrichienne a faussé compagnie à ses deux partenaires, pour filer vers le Fuji Speedway. Pari gagnant pour une médaille surprise. Aucun parieur n'avait misé sur son nom, elle vient pourtant de l'ajouter au palmarès olympique. 

Labous a tenté le podium 

Esseulée sans coéquipière pour l'épauler, Juliette Labous a misé sur la patience. La Française espérait voir le peloton reprendre l'échappée pour une explication entre les plus coureurs les plus solides. Mais face à un podium de plus en plus scellé, la Française a décidé de partir en contre à 17 kilomètres de l'arrivée. Son audace, pour tenter de rattraper le duo Shapira-Plichta, n'a pas payé. Le peloton a haussé le ton pour avaler la coureuse de Sunweb, avant d'engloutir les deux dernières poursuivantes. 

Kiesenhofer trop loin, la lutte pour le podium s'est jouée à la cuisse, sur une arrivée groupée dans un profil vallonné. Les Néerlandaises ont alors repris leur jeu d'attaques. Annemiek van Vleuten, malgré tous ses efforts de la journée, a su trouver des dernières forces pour décrocher la médaille d'argent. La Néerlandaise pensait-elle encore jouer le titre ? À voir sa célébration au moment de franchir la ligne, poing levé et sourire aux lèvres, le doute était permis. A lire ses déclarations, et celles de ses coéquipières, après la course, c'est devenu une certitude.  L'Italienne Elisa Longo Borghini complète le podium. 

Annemiek van Vleuten lève les bras par erreur à la fin de la course en ligne des Jeux olympiques, le 25 juillet 2021. (JASPER JACOBS / BELGA MAG / AFP)

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cyclisme aux Jeux olympiques de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.