Cérémonie d'ouverture de Paris 2024 : "On veut pouvoir contrôler les personnes qui auront, y compris depuis chez elles, un visuel direct sur la Seine", affirme le préfet de police de Paris

La sécurité sera particulièrement renforcée pour la cérémonie d'ouverture, le 26 juillet. "La grande galère commencera du 1er au 15 juillet, avec plusieurs ponts parisiens qui vont être fermés à la circulation", indique le préfet de police.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
La cérémonie d'ouverture des Jeux de Paris 2024 aura lieu sur la Seine, le 26 juillet [photo d'illustration]. (MOHAMAD SALAHELDIN ABDELG ALSAYE / ANADOLU AGENCY)

Le préfet de police de Paris Laurent Nuñez, a détaillé, mercredi 6 mars sur franceinfo, le dispositif de sécurité mis en place lors des Jeux olympiques de Paris 2024, avec "deux cas de figure", la "sécurité autour des sites olympiques" comme "le Trocadéro, le Champ-de-Mars, les Invalides et Concorde" et "la cérémonie d'ouverture", qui aura un dispositif de sécurité encore plus important.

Dans le premier cas de figure, autour des sites olympiques, "il y aura des zones où on ne rentrera que si on va assister à une compétition, et puis autour, on a instauré des périmètres de circulation motorisée". Dans ces "zones, assez limitées, il faudra obtenir une dérogation [pour y circuler], parce qu'on est riverain, parce qu'on y travaille, parce qu'on est médecin et on doit soigner...". Cette dérogation sera disponible "sur une plateforme numérique" qui permettra "d'obtenir un laissez-passer" pour y circuler. Il précise que cela concerne uniquement la circulation motorisée, car "la circulation piétonne est totalement libre, comme à vélo ou à trottinette".

"La grande galère commencera le 1er juillet"

Il y a cependant un "cas particulier, c'est celui de la cérémonie d'ouverture", prévue le 26 juillet. Là, "la grande galère commencera du 1er au 15 juillet, avec plusieurs ponts parisiens qui vont être fermés à la circulation", mais "on maintiendra cinq ponts qu'on pourra continuer à traverser" dans le centre de Paris. Laurent Nuñez se montre réservé quant à l'impact sur la vie quotidienne des Parisiens : "On met tout en œuvre pour qu'on parvienne à cet équilibre qui permet de continuer quand même à vivre autant que faire se peut", il ajoute que "les restaurants, les commerces restent ouverts, on peut rentrer chez soi, bien évidemment".

Sur l'aspect purement sécuritaire, là aussi la cérémonie d'ouverture requiert un dispositif bien spécifique, avec un parcours de 6 kilomètres, sur la Seine, entre Austerlitz et le pont d'Iéna, avec un final au Trocadéro. Auditionné au Sénat mardi, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a donné des détails sur le dispositif de sécurité prévu pour la cérémonie d'ouverture, révélant que près d'un million d'enquêtes administratives allaient être effectuées pour la sécurité des Jeux. Sur ce million, un nombre important concerne la cérémonie d'ouverture puisqu'"on veut pouvoir contrôler les personnes qui auront, y compris depuis chez elles, un visuel direct sur la Seine". Cela concerne donc les 326 000 spectateurs de la cérémonie, mais également tous les riverains. 

"C'est notre responsabilité, on doit s'assurer qu'il n'y a pas de risque d'attentat terroriste", affirme Laurent Nuñez, qui assume le nombre très important d'enquêtes administratives nécessaires. Cela concernera également les locations de meublés touristiques sur Airbnb, puisque les touristes "seront obligés de s'inscrire sur la plateforme numérique pour se rendre dans l'appartement qu'ils auront loué".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.