France-Allemagne : les supporters français font déjà vibrer les rues de Munich

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
France-Allemagne : les supporters français font déjà vibrer les rues de Munich
France 2
Article rédigé par
L.Desbonnets, K.Lempereur, B.Boussouar, A.Delcourt, M.Werth - France 2
France Télévisions

L'équipe de France affronte l'Allemagne mardi 15 juin à Munich. Les supporters français qui ont fait le déplacement sont déterminés à profiter, et à encourager les Bleus comme il se doit. 

Les supporters français qui supporteront mardi 15 juin les Bleus depuis Munich (Allemagne), où l'équipe de France affrontera les Allemands, sont déjà gonflés à bloc. "On est là, on est bien là, on est fiers d'être Bleus", commente l'un d'eux. Ils ne seront que 2 500 sur les 14 000 spectateurs présents dans le stade, mais tous sont prêts à se faire entendre et défier, sur leur propre terrain, des Allemands encore stoïques.

Les supporters les plus motivés ont voyagé toute la nuit à bord d'un bus, parti dans la soirée du lundi 14 du stade de France. À l'arrivée ce matin, tous sont passés par le centre de test Covid-19. "Ça ne me dérange pas parce qu'on est tellement excités d'être là, que s'il faut faire ça pour aller au match, on le fait, avec plaisir", assure une supportrice. Aucun cas de Covid-19 n'a été détecté parmi les supporters français. 

Les Bleus contre le racisme 

Autre geste de soutien, chez les Bleus. Les joueurs de l'équipe de France poseront avant le coup d'envoi du match un genou à terre. "C'est un geste très symbolique, contre le racisme et contre les discriminations, explique le journaliste Laurent Desbonnets, en duplex depuis Munich. C'est un joueur de football américain qui le premier a posé un genou à terre après la mort de George Floyd." L'hommage a été annoncé par le capitaine des Bleus, Hugo Lloris. "Ça se passera juste entre les hymnes et le coup d'envoi de la rencontre", précise le journaliste. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Euro 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.