France-Portugal : quels sont les nouveaux visages de la sélection portugaise ?

Une nouvelle génération portugaise commence à éclore et à s'affirmer avec la Seleção.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Le milieu de terrain portugais Bruno Fernandes contre la Hongrie, le 15 juin 2021.  (ALEX PANTLING / POOL / AFP)

Les Portugais peuvent s'estimer heureux. Après la génération dorée de 2004, composée de Rui Costa, Luis Figo ou encore João Pinto, ce petit pays de onze millions d'habitants voit éclore de nouvelles pépites promises à illuminer le football dans les années à venir.

Si certaines sont déjà confirmées, d'autres arrivent en sélection pour épauler les vétérans comme Cristiano Ronaldo (36 ans) et Pepe (38 ans) dans cet Euro 2021. Avant d'affronter la France, mercredi 23 juin, voici une petite présentation des nouveaux visages de la Seleção.

Bruno Fernandes (26 ans), le maître à jouer

C'est l'histoire d'un jeune formé au Sporting Portugal qui est en train de conquérir l'Angleterre. Avec cette description, le visage de Cristiano Ronaldo apparaît subitement à tous les fans de football. Mais c'est bien de Bruno Fernandes que nous parlons. Depuis son arrivée en Premier League, le milieu de terrain porte Manchester United sur ses épaules et fait déjà partie des meilleurs joueurs du championnat. Étincelant et indiscutable, Fernandes a réussi une saison en "double-double", avec 18 buts et 12 passes décisives. "C'est notre facteur X car c'est un preneur de risques, un homme qui a du courage", louait son entraîneur mancunien Ole Gunnar Solskjaer.

Grâce à sa capacité à créer des occasions et à casser les lignes, le meneur portugais fait briller ses coéquipiers en club. Cependant en sélection, le maître à jouer des Red Devils ne montre pas le même visage et son éclosion a été tardive. Il a fallu attendre mai 2019 pour voir Fernandes devenir un titulaire indiscutable de Fernando Santos, le sélectionneur lusitanien. Mais depuis, le meneur mancunien peine toujours à se montrer aussi décisif qu'en Angleterre (4 buts en 30 sélections). Cet Euro est donc l'occasion idéale pour lui de devenir une vraie référence au Portugal.

Ruben Dias (24 ans), le roc de Manchester City

Il avait une pression gigantesque sur les épaules. Après Eliaquim Mangala (environ 50 millions d'euros), Aymeric Laporte (65 millions d'euros) ou encore Nathan Aké (45 millions d'euros), Manchester City avait jeté son dévolu sur Ruben Dias, pour enfin trouver son bijou défensif. Acheté à l'été 2020 contre 68 millions d'euros, l'ancien défenseur de Benfica a littéralement explosé cette saison.

Élu meilleur joueur de la Premier League, le Portugais est devenu l'élément fort de la meilleure défense du championnat (32 buts encaissés en 38 matchs). Déjà souverain en Angleterre, le robuste stoppeur (29 sélections, 2 buts) veut également prouver qu'il peut être le complément parfait du vétéran Pepe, encore très performant en sélection. Et ainsi montrer qu'il peut devenir le leader défensif du Portugal dans l'avenir, quand l'infatigable joueur de Porto prendra sa retraite. 

João Félix (21 ans), la pépite qui doit encore éclore

Ses débuts ressemblaient à un conte de fées. Couvé au Portugal, le jeune attaquant de Benfica avait brillé contre Francfort, en quarts de finale de la Ligue Europa 2019 en inscrivant un retentissant triplé. Son visage juvénile, sa gentillesse et ses célébrations dans les bras de son frère avaient conquis le cœur des Lusitaniens. Depuis, João Félix a posé ses valises à Madrid, contre 126 millions d'euros.

Mais sous la houlette de Diego Simeone, le Golden Boy 2019 a du mal à s'imposer et à maximiser ses qualités. À tel point que, sous le feu des critiques, le jeune attaquant a laissé éclater sa frustration après avoir marqué contre Villarreal, le 28 février dernier : "J'adore les joueurs qui se rebellent", s'était enthousiasmé l'entraîneur de l'Atlético de Madrid. Le jeune Portugais (17 sélections, 3 buts), au caractère bien trempé, aura à cœur de briller avec sa sélection cet été. Pour montrer au monde entier que sa grande saison à Benfica n'était pas un mirage.

João Félix à l'échauffement avec le Portugal, le 4 juin 2021.  (JOSE BRETON / NURPHOTO / AFP)

Diogo Jota (24 ans), le virevoltant ailier de Liverpool

C'est certainement l'une des révélations de la saison des Reds. Arrivé en provenance de Wolverhampton en septembre 2020, le Portugais a fait des heureux du côté de la Mersey. Auteur de neufs buts en 19 matchs de Premier League, l'ancien joueur de Porto avait inscrit son premier triplé en Ligue des champions, contre l'Atalanta Bergame, le 3 novembre 2020.

Bon techniquement, le jeune Portugais n'hésite pas à aller au pressing, pour soulager son équipe défensivement. Un profil qui a plu directement à Jürgen Klopp et à Fernando Santos. Titulaire lors du premier match de l'Euro contre la Hongrie, le jeune ailier (15 sélections, 6 buts) va devoir se montrer. Pour prouver qu'il mérite sa place en sélection. Si le Portugal a perdu face à l'Allemagne (2-4), Jota a ouvert son compteur de buts dans la compétition. 

Diogo Jota contre la Hongrie, le 15 juin 2021. (BERNADETT SZABO / POOL / AFP)

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Euro 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.