Euro 2021 – France-Hongrie : un bloc bas, le danger Szalai, la pression du public... Les quatre clés pour éviter le piège hongrois

Les Bleus disputent leur deuxième match du groupe F, samedi après-midi à la Ferenc-Puskas Arena de Budapest, avec l'objectif d'une qualification en huitièmes de finale déjà en tête.

Article rédigé par
Hugo Lauzy - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le Français Antoine Griezmann lors de la victoire des Bleus face à l'Allemagne (1-0) à l'Euro, mardi 15 juin 2021. (FRANK HOERMANN/SVEN SIMON / dpa Picture-Alliance via AFP)

Après sa victoire contre l'Allemagne (1-0), l'équipe de France vise une qualification directe pour les huitièmes de finale, samedi 19 juin, sur la pelouse de la Ferenc-Puskas Arena de Budapest. Face à elle, la Hongrie, déjà sévèrement défaite par le Portugal (0-3) lors de son entrée en lice, et qui aura le couteau entre les dents devant un stade plein et son public incandescent. Voici les clés de la rencontre pour que les Bleus se sortent du traquenard hongrois.

Ouvrir le score rapidement

C'est un des poncifs les plus utilisés dans le football, mais cette fois-ci, il s'agit bien d'un réel avertissement pour contrôler des Magyars, habitués à jouer avec un bloc bas. Privés de leurs leaders techniques pour cet Euro, Dominik Szoboszlai et Zsolt Kalmar, la tactique adoptée par le sélectionneur Marco Rossi semble simple face à des formations supérieures dans le jeu. Dernier exemple en date face au Portugal, où les coéquipiers de Cristiano Ronaldo ont attendu le money-time avant de finalement décanter la situation (3-0), contre des Hongrois préparés et formatés pour tenir le point du match nul.

Regroupés à cinq derrière en temps normal, le rempart magyar gardé par Peter Gulacsi peut se transformer en une véritable forteresse avec un milieu de terrain à trois, capable de "s'enterrer" dans ses trente derniers mètres. Les Français devraient donc, sans surprise, avoir la possession en leur faveur. Un avantage si le trident offensif tricolore fait parler la poudre rapidement. Car plus le temps passera et plus les Hongrois devraient se sentir en confiance pour créer l'exploit et refermer leur piège sur les Bleus. 

Jouer sur la vitesse des attaquants

Limités sur le plan technique, les Hongrois éprouvent des difficultés au niveau des phases de transition. C'était flagrant lors de leur entrée en lice contre le Portugal. Les projections et les enchaînements rapides sont autant de possibilité pour forcer le verrou d'une défense "à l'ancienne", basée sur l'affrontement physique. Bien organisés sur toute la largeur du terrain pour coulisser et empêcher les adversaires de prendre les ailes, les solutions pour l'équipe de France devraient se situer majoritairement dans l'axe. La vitesse de Kylian Mbappé, la capacité à décrocher et combiner de Karim Benzema ou Antoine Griezmann pourraient servir à enclencher des mouvements capables de casser la "double couche" défensive magyar.

Éteindre la tour de contrôle Adam Szalai

Il est le danger principal identifié de cette équipe hongroise. Dôté d'un physique impressionnant et atypique, le capitaine et colosse Adam Szalai (1,93 m) est l'atout majeur à cerner pour la défense française. Déjà présent à l'Euro 2016, l'expérimenté hongrois a déjà inscrit 23 buts en 72 sélections. Une opposition de style bien différente de l'Allemagne, mardi, avec des joueurs comme Thomas Müller, Serge Gnabry et Kai Havertz, en constante permutation sur le front de l'attaque. 

À l'aise dos au but et dans les airs, le buteur de 33 ans qui évolue à Mayence en Bundesliga, a le jeu de corps facile pour servir de point d'appui à ses coéquipiers et la technique affutée balle au pied pour poser des difficultés à l'arrière-garde tricolore. Tout va dépendre de son approvisionnement, plutôt faible lors du match contre le Portugal. Il n'a échangé qu'à deux reprises avec son partenaire d'attaque Roland Sallai.

Se servir du contexte hongrois 

L'équipe de France, déjà bien partie avec une victoire précieuse face à l'Allemagne (1-0), devra faire face à une Ferenc-Puskas Arena à guichets fermés. Une idée reçue en temps normal pour un match de l'Euro, mais une anomalie ces derniers temps en raison des restrictions sanitaires dues à la pandémie de Covid-19. Déjà à 100% de sa capacité pour la rencontre face au Portugal (0-3), le stade abritait le premier match international avec une jauge pleine en Europe depuis mars 2020. Ce samedi, ils seront à nouveau 67 000 supporters à créer une ambiance bouillantissime.

Dans l'obligation de faire un résultat devant son public pour espérer rester dans cet Euro, la Hongrie devra donc desserrer son étreinte habituelle et se montrer plus joueuse. Une situation plutôt favorable aux Bleus qui adorent dévorer les espaces et évoluer à l'extérieur en général, avec dix victoires sur leurs onze derniers matchs hors de France.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Euro 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.