Mort de Philippe Gildas : "C'était un géant, toujours en avance sur son temps"

L'animateur Michel Drucker salue dimanche sur franceinfo, la mémoire de Philippe Gildas, mort à 82 ans des suites d'un cancer.

Michel Drucker en septembre 2014 à Nancy.
Michel Drucker en septembre 2014 à Nancy. (NCY / MAXPPP)

"Philippe Gildas est l'un des très rares à avoir été un grand journaliste, un grand animateur, un grand patron, un vrai créateur", estime dimanche 28 octobre sur franceinfo, Michel Drucker. Il rend hommage au journaliste et animateur Philippe Gildas qui est décédé des suites d'un cancer à l'âge de 82 ans dans la nuit de samedi à dimanche. "Il était toujours en avance sur son temps".

>> Mort de Philippe Gildas : suivez les hommages à l'animateur dans notre direct

franceinfo : Quel souvenir garderez-vous de Philippe Gildas ?

Michel Drucker : Philippe, c'était un géant. C'était un provincial. C'était un Breton, il venait du Morbihan. Ce n'était pas un Parisien. Ce n'était pas quelqu'un du microcosme. Il n'était pas snob. Il était ouvert et avait l'oreille du public. Il faut que la jeune génération sache. Philippe Gildas est l'un des très très rares, on les compte sur les doigts d'une main, à avoir été un grand journaliste, un grand animateur, un grand patron, un vrai créateur. Il était d'une polyvalence, d'un éclectisme tout à fait étonnant. Il savait tout faire. Il était au départ professeur de lettres dans les années 1960. Il a connu toutes les radios, il a dirigé les rédactions, il a animé la Chasse au trésor, évidemment Nulle part Ailleurs. Le duo avec De Caunes est un duo inoubliable qui a marqué l'histoire de Canal +. C'était quelqu'un de très sympathique, d'une très grande intelligence et vivacité.

Philippe Gildas, c'était un mélange de bienveillance et d'exigence ?

Il savait de quoi il parlait. Il y a beaucoup de patrons qui ne sont pas toujours au fait de notre métier. Les grands journalistes en général font les grands patrons. Ce qui est assez étonnant, c'est qu'il y a très peu d'animateurs qui sont devenus journalistes. L'inverse est vrai. Philippe Gildas disait toujours : un bon animateur, s'il a été journaliste, c'est un plus. Il va laisser une trace importante. C'était un pionnier, un géant dans ce métier.

Philippe Gildas était à l'origine de ce mélange à la française d'informations et d'animation ?

Il ne faut pas oublier : le Top 50, la première mesure de ventes de disques, c'est lui qui l'a inventé avec Marc Toesca. Il était d'une jeunesse incroyable et avait encore beaucoup de choses à nous prouver. Il avait pris un peu sa retraite ces dernières années mais quand je l'ai vu à l'hôpital, on a parlé métier. Il était au courant de tout, une vivacité intellectuelle intacte. C'est un très grand bonhomme qui disparait. J'ai beaucoup appris avec lui. Il était toujours en avance sur son temps. Il a créé aussi la première chaîne des seniors, Vivolta c'est lui.