"Je suis fière" : Marlène Schiappa juge que son passage chez Cyril Hanouna a permis de booster le grand débat

Selon la secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes, son intervention dans l'émission "Balance ton post" a permis de passer la barre du million de connexions sur le site du grand débat.

La secrétaire d\'Etat à l\'Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, quitte l\'Elysée, à Paris, le 8 mars 2019.
La secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, quitte l'Elysée, à Paris, le 8 mars 2019. (LUDOVIC MARIN / AFP)

"Si vous voulez faire parler d'un sujet politique, il faut mettre Cyril Hanouna dedans." Marlène Schiappa s'est dit "fière d'avoir contribué" au succès du "grand débat national" en participant en janvier à une émission spéciale de "Balance ton post".

"Je le dis de manière un peu caricaturale et ce sera repris comme ça, mais en gros, ce que j'essaie de faire à chaque fois, c'est de prendre des canaux, comme l'émission de Cyril Hanouna, et de mettre mes sujets dans les canaux", a déclaré la secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes, dans une interview accordée à Public Sénat samedi 30 mars.

"Avec (Cyril) Hanouna, on a eu je crois 1 400 000 ou 2 400 000 téléspectateurs. C'est un record absolu pour cette émission. Je ne dis pas que c'est grâce à moi mais j'observe que quand je n'étais pas invitée il y avait 300 000 personnes, quand je suis invitée il y a 1 400 000 personnes", poursuit Marlène Schiappa. "Surtout, insiste-t-elle, on a passé la barre du million de connexions sur le site du grand débat. Et c'est ça qui est important pour moi. A cette époque on en était encore en train de dire 'est-ce que le grand débat va prendre?'" 

Je suis fière d'avoir contribué à faire passer la barre du million de connexions sur le site du grand débat.Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommessur Public Sénat

L'annonce de la participation de la secrétaire d'Etat à cette émission avait suscité un tollé sur les réseaux sociaux et au sein de la classe politique. "Est-ce vraiment la place d'une ministre ?", s'était interrogée la députée (LR) des Bouches-du-Rhône Valérie Boyer. Du côté du gouvernement, la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, avait commenté sur France 2 "Je ne l'aurais pas fait, personnellement, je crois que mon rôle en tant que ministre c'est plus d'écouter."