"Tous les JT en parlent et pas nous" : malaise autour du traitement de la mise en examen de Vincent Bolloré sur CNews

La chaîne d'info en continu est critiquée pour n'avoir consacré que quelques brèves et bandeaux à la garde à vue suivie de la mise en examen, mercredi, de son patron, Vincent Bolloré. 

Vincent Bolloré assiste à un événement organisé par Canal+, en février 2016, à Paris. 
Vincent Bolloré assiste à un événement organisé par Canal+, en février 2016, à Paris.  (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

"Comment va Bolloré ? Vous avez des nouvelles ? Il est sorti de garde à vue et peut être mis en examen ? Il n'y a plus d'immunité patronale ?" Mercredi 25 avril, sur le plateau de CNews, la chaîne détenue par le milliardaire Vincent Bolloré, l’ancien candidat à la présidentielle Philippe Poutou est d’humeur taquine. Il faut dire que depuis la veille, la chaîne est sous le feu des critiques sur les réseaux sociaux.

La veille, l’actionnaire majoritaire de Canal+, soupçonné de corruption, a en effet été placé en garde à vue. Mais sur sa chaîne, ce jour-là, on ne s’attarde pas sur les déboires judiciaires du patron : de simples bandeaux y sont consacrés dans la journée, ainsi qu'une brève.

A titre de comparaison, BFMTV et franceinfo reprenaient l’information en plateau dès la fin de matinée. A ce moment-là, sur CNews, on s’interroge sur le prénom du bébé de Kate Middleton et du prince William, selon une vidéo diffusée sur Arrêt sur images

Pas d'info dans les journaux du matin

Le même jour, dans le grand programme d'access prime-time "L’Info du vrai", présenté par Yves Calvi sur Canal+, il n’est pas non plus fait mention de la garde à vue. A l'inverse, M6, TF1 et France 2 y consacrent un sujet dans leurs journaux du soir, souligne Europe 1.

Le mercredi matin, les journaux de 6 heures, 6h30 et 7 heures sur CNews n’en font pas mention, ajoute Europe 1. Dans la journée, Vincent Bolloré est déféré devant les juges d’instruction. Sur les réseaux sociaux, CNews est de nouveau accusée de ne pas traiter l’information. Mais, sans replay disponible en intégralité, difficile d’y voir clair. Ce qui est sûr, c’est qu’un bandeau est passé à l’antenne à 20h30, comme le montre une capture d’écran mise en ligne sur Twitter.

L’autre mention de cette affaire a lieu dans l'émission "Punchline" de Laurence Ferrari, à 19 heures. La présentation du patron de Canal+ devant les juges d’instruction y est évoquée pendant une vingtaine de secondes à la fin du journal de Patrice Boisfer. Le sujet est également abordé ce jour-là dans "L’Info du vrai" sur Canal+. Par ailleurs, deux dépêches factuelles, très courtes, sont publiées le mercredi sur le site internet de CNews (ici et ici). 

Des antécédents de censure

D’après les informations recueillies par franceinfo, la décision d'évoquer à l'antenne la garde à vue de Vincent Bolloré a été traitée par "les chefs". Raphaël Garrigos, journaliste au site d'information Les Jours, a affirmé à Libération que le rédacteur en chef du jour était le directeur de la chaîne, Serge Nedjar. Une information confirmée à franceinfo par une salariée de Canal+, selon laquelle il a "pris les manettes"Il est "compliqué", cependant, de savoir exactement d'où vient le choix éditorial concernant la couverture de ces derniers jours, d'après Raphaël Garrigos. "Si instruction il y a eu, elle ne sera donnée qu'à l'oral", écrit Libération.

Fidèle de Vincent Bolloré, qui l’a recruté en 2005 pour Direct 8 puis Direct Matin, Serge Nedjar s'est déjà distingué par le passé en intervenant à plusieurs reprises sur certains sujets qu’il jugeait "à charge". Dans une enquête des Jours, un ancien d'iTélé revenait ainsi sur l'affaire Fillon. "Le matin de la publication du Canard enchaîné qui a lancé l’affaire Fillon, un sujet avait été préparé et diffusé. Nedjar a appelé le rédacteur en chef, le sujet a disparu de l’antenne. L’affaire a été occultée jusqu’à la première déclaration de François Fillon. Une fois encore, l’explication fournie était que le sujet n’était pas équilibré. L'idée c'était : 'On n’en parle pas, parce qu’on n’a pas la parole du candidat'."

"Les gens ont peur de parler"

Selon les informations recueillies par franceinfo, ce traitement n’a pas fait l’unanimité au sein de la rédaction. Mais une forme de fatalisme contre "l’interventionnisme" de Vincent Bolloré se serait installée dans la rédaction, marquée par le souvenir encore traumatisant de la grève à iTélé fin 2016, qui a duré 31 jours et a débouché sur le départ de 75 journalistes. "Les gens ont peur de parler", pointe un ancien d’iTélé.

Estimant le traitement de la garde à vue et de la mise en examen de Vincent Bolloré "scandaleux", des membres du syndicat +Libres souhaitent interpeller le CSA. "Lors de la grève à iTélé, on se battait pour ça, s'insurge Françoise Feuillye, élue au CE de ce syndicat, majoritaire à Canal+. J’espère que maintenant, tout le monde va se rendre compte de ce que ça donne, un industriel à la tête d’un média. Surtout quand il est aussi impliqué. Tous les JT en parlent et pas nous. Ce n’est pas normal."

Contactés par franceinfo, la rédaction en chef et le président de la société des rédacteurs de CNews n’ont pas donné suite à nos sollicitations. Du côté des journalistes de la chaîne, on s’agace d’être régulièrement pointé du doigt et on se demande "comment LCI ou Europe 1 traiteraient l’information si leurs actionnaires étaient mis en examen".