Débat : faut-il interdire les cirques avec animaux sauvages ?

Plusieurs villes en France refusent d'accueillir des cirques d'animaux sauvages. Sur le web, des pétitions demandant leur interdiction fleurissent. Qu'en pensent les professionnels du secteur ? L'enquête de France 2.

France 2

La Ciotat (Bouches-du-Rhône) fait désormais partie de la quinzaine de villes françaises qui refusent d'accueillir des cirques d'animaux sauvages. Soucieux du bien-être animal, le maire LR ne veut plus de ces spectacles. "Il y a des méthodes de détention et de dressage qui sont beaucoup critiquées en ce moment", observe l'édile Patrick Boré, qui avance aussi ses convictions personnelles.

Son choix divise ses administrés. Certains approuvent, d'autres s'insurgent. Dans toutes les villes où l'on dit non aux cirques avec animaux, les motifs sont les mêmes : on dénigre les conditions de vie susceptibles d'occasionner du stress, des pathologies et des troubles du comportement chez les bêtes.

Plusieurs pays ont choisi de les interdire

Frédéric Edelstein, directeur du cirque Pinder, balaye ces accusations au micro de France 2 : "Au cirque, ils sont dans un hôtel huit étoiles parce qu'on leur sert tout ce qu'ils veulent à volonté et en plus de ça, on les soigne. Ils n'ont pas la nécessité d'aller courir comme des fous derrière un buffle ou une gazelle".

Sur le web, de nombreuses pétitions réclament l'interdiction des animaux sauvages dans tous les cirques de France. Une cinquantaine de pays ont déjà franchi le pas.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un spectacle de fauves du cirque Arlette Gruss photographié à Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 23 octobre 2015.
Un spectacle de fauves du cirque Arlette Gruss photographié à Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 23 octobre 2015. (MAXPPP)