Intrigues, personnages, lieux : comment la série "Lupin" s’inspire des romans pour revisiter l'œuvre de Maurice Leblanc

Avec des spécialistes du célèbre gentleman cambrioleur, Franceinfo est parti à la chasse aux références à l'œuvre originelle glissées dans la série Netflix à succès.

Article rédigé par
Faustine Mazereeuw - franceinfo Culture
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 7 min.
Lupin, sur Netflix, est la première série française à rencontrer un tel succès à l'international. (Lupin, dans l'ombre d'Arsène. Netflix)

Depuis le 8 janvier, Lupin, dans l’ombre d’Arsène fait exploser les compteurs : avec plus de 70 millions de vues, c’est la première série française à rencontrer un tel succès sur Netflix, et la deuxième série la plus visionnée de l’histoire de la plateforme. Exit le haut de forme et les binocles, le Lupin d’aujourd’hui déambule dans Paris en trench-coat et coiffé d’un béret. Incarné par Omar Sy, son véritable nom est Assane Diop, fils d’un immigré sénégalais habitant dans les quartiers populaires. Le jeune Assane voit sa vie bouleversée par la mort de son père à la suite d’un emprisonnement pour un crime qu’il n’a pas commis. À l’âge adulte, il s’inspire de son héros, Arsène Lupin, pour le venger.

Le succès de Lupin, dans l’ombre d’Arsène ne relève pas du hasard. Entre des éléments de la culture française internationalement exportables – le Louvre, le Paris haussmannien – et une mise en scène calibrée pour Netflix, la série avait tout pour plaire à l’étranger... et à toutes les générations. Ultra familiale, la série est fidèle à l’esprit de l’œuvre de l’auteur Maurice Leblanc. “Lupin est né de la demande d’un éditeur qui a commandé des écrits à mettre entre toutes les mains, dont les enfants et les jeunes enfants”, souligne Cédric Hannedouche, docteur en littérature. Et il ne s’agit pas du seul point commun entre la série et les livres. Intrigues, personnages, lieux... Quels sont les références au célèbre gentleman cambrioleur disséminées au fil des épisodes ? Franceinfo a décrypté la série avec des experts et des expertes en littérature. 

(Attention, cet article dévoile des informations sur l'intrigue de la série)

Comment Assane Diop s'inspire-t-il d'Arsène Lupin ?

Se réapproprier les traits de personnalité d’Arsène Lupin tout en les adaptant à notre époque, c’était tout le défi des créateurs de la série. Et c’est réussi. Grâce à son côté farceur au naturel séduisant, Omar Sy crève l’écran en Lupin des temps modernes. “L’équivalent du gentleman aujourd’hui c’est le cool, très bien interprété par Omar Sy”, analyse Matthieu Letourneux, professeur spécialisé en littérature sérielle et jeunesse. Le parallèle des enfances d’Arsène Lupin et d’Assane Diop est troublant. Dans les romans, Lupin est le fils d’une domestique qui travaille chez un comte et une comtesse. Dans la série, le père d’Assane est un employé des très riches Pellegrini. Tour à tour agent d’entretien puis riche entrepreneur au Louvre, livreur Deliveroo puis flic, tout comme son maître spirituel, Assane maîtrise à la perfection l’art du déguisement. Les lecteurs de Lupin reconnaîtront aussi son sens de l'humour ou encore sa quête perpétuelle de la vérité. 

   

Quels sont les (gros) clins d’œil aux livres ? 

Les lupiniens les plus aguerris seront ravis de reconnaître dans la série de nombreux clins d’œil à l’univers de Leblanc. Le premier épisode centré sur le vol spectaculaire du collier de la reine au musée du Louvre est une référence à l’une des premières aventures de Lupin du même nom. “À 6 ans, Lupin vole le collier de la reine dans la villa chez qui sa mère travaille. C’est son premier coup”, indique Cédric Hannedouche, qui a consacré une thèse à l’œuvre de Maurice Leblanc. Autres éléments inspirés des livres : le séjour volontaire en prison d’Assane dans l’épisode 2, ou l’inefficacité de la police constamment tournée en ridicule, selon le spécialiste. 

Certaines références sont un peu plus difficiles à repérer pour les profanes, comme celle-ci : “dans l’épisode 4, Assane s’introduit chez une journaliste et on voit clairement une carte de sept de cœur posée sur la table. C’est le titre d’une des nouvelles du gentleman cambrioleur”, déclare Cédric Hannedouche.

Comment la série réinvente les personnages des livres ? 

Autre ressort de la série au plus proche de l'univers lupinesque : de nombreuses références dans les noms des personnages ou des lieux. Dans les livres, le véritable nom d’Arsène Lupin est Raoul d’Andrésy. Dans la série Netflix, le jeune Assane Diop étudie au collège Andrésy... puis appelle son fils Raoul. L’usage des pseudonymes de Lupin tel que “Salvator” sont également des clins d’œil aux romans. Enfin, le lecteur devrait retrouver certains noms familiers. ““Pellegrini” est le surnom de la comtesse de Cagliostro, l’une des terribles adversaires de Lupin. L’ex compagne d’Assane, Claire, fait penser à Clarisse d’Etigues, le premier grand amour de Lupin”, révèle Cédric Hannedouche. Bref, les créateurs de Lupin, dans l’ombre d’Arsène ont bien révisé leurs classiques.

Quels lieux emblématiques retrouve-t-on dans la série ?

Les scénaristes de la série n’ont rien laissé au hasard et l’on retrouve dans leur œuvre les lieux emblématiques des romans. “Les péripéties d’Assane Diop prennent place avant tout dans le Paris historique et haussmannien, lieu principal des aventures de Lupin, déclare Cédric Hannedouche. La demeure des Pellegrini évoque les riches villas que visite régulièrement le gentleman cambrioleur”, poursuit-il. Mais la série se déroule également dans des HLM, dont est originaire Assane Diop. “C'est fidèle à l’œuvre originale, affirme le docteur en littérature. Plus d’une fois Lupin se rend aux abords de ce qu’on appelle à l’époque ”la zone”, c’est à dire les quartiers populaires”, souligne-t-il. Et bien sûr, la série ne pouvait pas faire l’impasse sur LE lieu mythique de Lupin : l’aiguille d’Etretat, où se termine le dernier épisode sur un sensationnel cliffhanger. 

Assane Diop en fuite sur les toits de Paris (Lupin, dans l'ombre d'Arsène, Netflix)

Omar Sy comme successeur de Lupin, qu'en penserait Maurice Leblanc ?

En tant qu’acteur noir, le choix d’Omar Sy comme interprète de Lupin a été vivement critiqué sur les réseaux sociaux dans des tweets aux relents racistes. 

“Mais sérieux, Arsène Lupin noir, c'est Nawak [n’importe quoi]”, peut-on lire.  Mais le choix d’un Arsène Lupin noir est-il vraiment une trahison de l’œuvre de Maurice Leblanc ? Pour Isabelle Rachel Casta, professeur émérite spécialisée en littérature populaire, absolument pas, au contraire. “Le Lupin des livres est un petit gars d’origine populaire au sens noble du terme, explique-t-elle. Le personnage d’Assane Diop, en tant que fils d’un immigré travaillant comme domestique, est exactement ce que Maurice Leblanc aurait souhaité”, poursuit la spécialiste. Pour elle, le choix d’Omar Sy et de ses origines sociales est également intéressant. “C’est bien plus fidèle, par exemple, que de choisir comme acteur un grand aristocrate comme François Dunoyer de Segonzac qui a joué le rôle de Lupin dans la série diffusée dans les années 1990”, conclue la chercheuse.

Le Lupin des romans était-il lui aussi un justicier ?

Tout comme Assane Diop, "Le Lupin de Leblanc a un objectif de justice sociale et vient en aide aux plus faibles, affirme Cédric Hannedouche. Lupin ne vole que les bourgeois et ne jouit jamais de ses acquisitions frauduleuses ; dans la série, il remet d’ailleurs des petits diamants pour services rendus", ajoute-t-il.  

La série offre un éclairage pertinent sur les exclusions en tous genres, dont le racisme. Et c'est dans l’esprit des livres.  “Vous m’avez vu, mais vous ne m’avez pas regardé. Comme eux ils ne nous regardent pas. Ceux pour qui je travaille. Ceux qui vivent là-bas pendant que nous on vit ici. Ceux qui sont tout en haut, quand nous on est tout en bas”, dit Assane dans l’épisode 1. Pour Matthieu Letourneux, il y a là une réflexion subtile sur le racisme systémique. "C’est une façon de dire qu’être noir en France, c’est être invisible, et qu’in fine il est très facile de se déguiser dans une société qui ne nous voit pas", analyse le professeur.       

Faire découvrir les aventures du gentleman cambrioleur aux jeunes générations tout en ravissant les adeptes des romans grâce à une mise en scène et un scénario palpitant et bien ficelé, c’est le pari réussi de la série. Tant et si bien qu’elle redonne vie aux romans de Maurice Leblanc qui sont devenus un véritable phénomène d’édition. En quinze jours, il s’est vendu autant d’exemplaires qu’en un an et Hachette a dû revoir à la hausse ses tirages. Pour la suite, il va falloir prendre votre mal en patience, mais une partie 2 a bel et bien été annoncée par Netflix. Elle sortira à l’été 2021.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.