Madame Claude, la célèbre proxénète s'est éteinte

Elle s'est éteinte à l'âge de 92 ans. Son nom reste associé à un célèbre réseau de prostitution. Parmi ses riches clients, des hommes d'affaires et des ministres.

France 3

En 1992, les Français découvrent le visage de Madame Claude. Fernade Grudet de son vrai nom à la télévision. Elle est alors poursuivie pour proxénétisme aggravé. La plus célèbre mère maquerelle de France écope de six mois de prison ferme, ce qui ne n'empêchera pas de faire la promotion du téléphone rose quelques années plus tard.
Madame Claude disait rendre le vice joli. Prostituée, elle monte son propre réseau de luxe dans un immeuble chic du 16e arrondissement de Paris. Les filles doivent subir les changements physiques édictés par la patronne via la chirurgie esthétique et lui verser 25% de leurs gains.

11 millions de francs de dette 

Entre 1960 et 1970, ses clients appartiennent aux hautes sphères de la société. "Elle était très proche de ce qu'on appelait la brigade mondaine, des services secrets, de l'administration policière. Beaucoup de ministres, d'hommes politiques. Tout ça s'est un peu arrêté quand Valéry Giscard d'Estaing est arrivé au pouvoir où il a renforcé les lois contre la prostitution", explique Axelle Carlier, guide du "Paris coquin". L'entreprise prospère connait alors ces premiers problèmes avec le Fisc qui lui réclame 11 millions de francs. Madame Claude fuit alors aux États-Unis et revient à la tête d'un réseau de call grils.Le cinéma s'inspire de cette figure sans jamais percer ses secrets d'alcôve.

Le JT
Les autres sujets du JT
Fernande Grudet pose avant une émission de télévision, le 5 mai 1986, à Paris.
Fernande Grudet pose avant une émission de télévision, le 5 mai 1986, à Paris. (MICHEL GANGNE / AFP)