Réouverture d’un musée à Issoudun : "Un des lieux les plus sûrs actuellement dans notre société", selon son maire

La ville d'Issoudun (Indre) rouvre une partie de son musée passant outre les restrictions sanitaires imposées face à la pandémie de coronavirus.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Vue extérieure du musée de l'Hospice Saint-Roch, à Issoudun (Indre). (CAPTURE GOOGLE STREET VIEW)

"Toutes les conditions sont réunies pour que cela soit un des lieux les plus sûrs actuellement dans notre société", a assuré sur franceinfo André Laignel, maire (PS) d’Issoudun (Indre) et vice-président de l’Association des Maires de France (AMF). Samedi 13 février, il a décidé de rouvrir une partie du musée de l'Hospice Saint-Roch. "Les musées sont des lieux particulièrement sûrs. On n’y fume pas, on n’y boit pas, on n’y mange pas. Il est même interdit de toucher aux œuvres", souligne le maire.

Seule une partie du musée est ouverte. "Les galeries, parce que les galeries sont ouvertes quand elles sont marchandes et je ne vois pas au nom de quoi elles ne peuvent pas être ouvertes comme annexe d'un musée. J'ouvre le parc de sculptures parce que c’est un espace de plein air particulièrement sécurisé", détaille le maire. En revanche, il dit "laisser fermer la partie patrimoniale qui, elle, est d'accès plus complexe".

Il revendique "une volonté d'ouvrir, mais d'ouvrir la sécurité et en respectant les textes". Selon lui, le préfet, qui attaque cette décision en référé devant le tribunal administratif, "n'a pas bien lu les motivations qui avaient conduit à la réouverture".

André Laignel est "passé en début d'après-midi" au musée.

Tout ce que j'ai entendu, c'est merci

André Laignel

à franceinfo

"Merci de nous donner enfin la possibilité d'avoir accès à la culture", a également entendu l'élu. 

Ouvrir n’est, pour lui, "pas un coup politique. Je l'avais annoncé depuis des semaines", dit André Laignel. Il souhaite une "égalité de traitement. On peut aller au Prado à Madrid, au musée Hergé à Bruxelles, aux Offices à Florence, au Musée du Vatican", énumère-t-il.

Pas comme à Perpignan

Vice-président de l’Association des maires de France, il "espère que beaucoup de maires suivront cet exemple. Beaucoup m'ont dit qu'ils étaient dans cette disposition d'esprit". En revanche, André Laignel réfute la comparaison avec Louis Aliot, le maire Rassemblement national de Perpignan, qui a rouvert quatre de ses musées le 9 février. "Lui est arrivé avec toute une cohorte de gens et a ouvert l'ensemble. Non, nous ne faisons pas ça. Nous le faisons avec finesse, c'est-à-dire dans le respect des règles de la République", selon lui.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.