Couronne d'épines, rosaces, statues… Quels joyaux se trouvaient dans la cathédrale avant l'incendie de Notre-Dame de Paris ?

Des reliques ont pu être sauvées des flammes, mais l'étendue des pertes reste difficile à évaluer.

La couronne d\'épines de Saint Louis fait partie des reliques abritées par la cathédrale Notre-Dame de Paris.
La couronne d'épines de Saint Louis fait partie des reliques abritées par la cathédrale Notre-Dame de Paris. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Une maigre consolation devant l'ampleur du désastre. La couronne d'épines de Saint Louis, relique conservée dans la cathédrale, a pu être sauvée des flammes avant que le feu ne ravage Notre-Dame de Paris. Certaines œuvres, dont l'inventaire précis reste à établir, n'ont peut-être pas survécu à l'incendie, tandis que d'autres avaient, par chance, été déplacées quelques jours auparavant.

>> Incendie à Notre-Dame de Paris : suivez notre direct

La couronne d'épines et la tunique de Saint Louis sauvées

La couronne d'épines et la tunique de Saint Louis, deux objets extrêmement importants pour les catholiques, ont été "sauvés" de l'incendie, a indiqué Patrick Chauvet, recteur de la cathédrale Notre-Dame de Paris. La couronne d'épine est, selon la croyance des catholiques, celle que les soldats romains auraient posée sur la tête de Jésus pour se moquer de lui peu avant sa crucifixion. Elle a été ramenée de Constantinople par Saint Louis en 1239. Chaque premier vendredi du mois, ces reliques sont présentées aux fidèles pour être vénérées.

On ne connaît cependant pas le sort des autres pièces qui constituent le trésor de la cathédrale. Celui-ci contient notamment une collection de camées des papes, mais aussi des ostensoirs, des reliures ou encore des pièces d'orfèvrerie.

De nombreuses œuvres dans un état inconnu

Les trois grandes rosaces de Notre-Dame de Paris sont considérées comme de véritables chefs-d'œuvre. "De ce que j'ai vu [dans la nuit], les vitraux étaient encore debout", a avancé le responsable de la communication de la cathédrale, mardi matin, sur franceinfo. Sur BFMTV, il a précisé que "des vitraux du XIXe siècle, beaucoup moins importants [que les rosaces du XIIIe siècle], ont pu être touchés". 

A l'intérieur de la cathédrale se trouvent également trois orgues, dont on ne connaît pas l'état, des cloches, des peintures, des sculptures, ainsi que différentes pièces de mobilier.

Des statues de cuivre miraculées

Jeudi, 16 statues de cuivre qui ornaient la base de la flèche avaient été décrochées afin d'être restaurées. Alors que l'incendie a provoqué l'effondrement de la flèche, ces statues de trois mètres de haut, parties en direction de Périgueux (Dordogne), sont donc sauvées. Elles devaient initialement retrouver leur place en 2022.