Histoire : unité franco-russe le temps d'une journée autour de Napoléon

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Napoléon : unité franco-russe le temps d'une journée
France 2
Article rédigé par
L.Lacroix, A.Bard, V.Bouffartigue, A.Koun - France 2
France Télévisions

Deux cents ans après la disparition de Napoléon, plusieurs de ses soldats ont été inhumés à 200 kilomètres de Moscou avec d'autres soldats, tous tués au combat lors de la campagne de Russie. Un jour d'unité franco-russe qui ne reflète pas les tensions diplomatiques du moment.

C'est un moment d'union, dans la tempête des relations franco-russes. Samedi 13 février à Viazma en Russie, huit cercueils regroupent les dépouilles de 120 soldats du Tsar et de la grande armée de Napoléon, des combattants tombés face à face et maintenant réunis. Les soldats sont morts lors de la Retraite de Russie, en octobre 1812, quand Napoléon abandonne Moscou. La bataille de Viazma, le 3 novembre 1812, signe le début de la débandade. C'est là que les corps ont été mise au jour en été 2019 par un groupe d'archéologues franco-russes.

Des relations glaciales

"Avec tout le climat politique actuel entre la France et la Russie, c'est un événement historique, diplomatique, mais surtout positif, c'est très important", explique Pierre Malinowki, président de la fondation pour le développement des initiatives historiques franco-russes. La France et la Russie ont montré vouloir s'entendre sur des questions de mémoire. "L'ambassade de France a envoyé un représentant, mais pas l'ambassadeur lui-même, la Russie n'a pas envoyé de ministre à cette cérémonie. Les relations entre la France, la Russie et l'Europe sont en ce moment glaciales sur fond d'affaire Navalny", rapporte le journaliste Lux Lacroix.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.