75 ans de la libération d'Auschwitz : en Israël, une maison de retraite réservée aux rescapés

À Haïfa, au nord d'Israël, une maison de retraite n'accueille que des survivants de la Shoah.

FRANCE 2

La visite de l'infirmière est l'un des moments qu'elle préfère. Les journées sont longues pour Sarah Zamir dans sa petite chambre. À 91 ans, elle est l'une des 67 pensionnaires d'une maison de retraite particulière, réservée aux rescapés de l'holocauste. La famille de Sarah a fui l'Allemagne pour la Belgique en 1939, mais la guerre les a rattrapés. "Ma mère et mon frère sont morts à Auschwitz, mais je ne savais pas, après la guerre, j'ai appris ça", raconte-t-elle.

Les derniers témoins directs

Certains ont vécu l'horreur des camps, d'autres vivaient cachés, craignaient chaque jour d'être découverts ou dénoncés. Tous ont été marqués à jamais par ces années de terreur. Mania Hermann avait huit ans quand elle et ses parents ont été arrêtés et internés en Moldavie. Dans le petit musée de la maison de retraite, les tableaux qu'elle a peints racontent chacune des étapes de leur déportation. 75 ans après la libération des camps, ces survivants sont les derniers témoins directs de l'un des pires crimes de masse du XXe siècle.

Le JT
Les autres sujets du JT
À Haïfa, au nord d\'Israël, une maison de retraite n\'accueille que des survivants de la Shoah.
À Haïfa, au nord d'Israël, une maison de retraite n'accueille que des survivants de la Shoah. (FRANCE 2)