Découverte d'empreintes vieilles de 23 000 ans : "On n'est qu'au début de nos surprises", assure un paléoanthropologue

La découverte de traces de pas dans le parc de White Sands aux États-Unis permet d'affirmer que le peuplement de l'Amérique du Nord par l'espèce humaine était déjà entamé avant la fin du dernier âge de glace. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Cette image non datée montre une empreinte de Néandertal découverte sur le site archéologique de Le Rozel, en France. (DOMINIQUE CLIQUET / AFP)

"On n'est qu'au début de nos surprises", a souligné sur franceinfo Pascal Picq, paléoanthropologue, ancien maître de conférences au Collège de France, après la découverte, aux États-Unis, d’empreintes humaines vieilles de 23 000 ans. "Cela commence à faire un faisceau intéressant de données qui convergent toutes vers des dates plus anciennes, même pour l'Amérique du Sud."

franceinfo : Cette découverte permet-elle de dire que le peuplement de l'Amérique du Nord par l'espèce humaine était bien entamé avant la fin du dernier âge de glace ?

Pascal Picq : Absolument. On avait déjà eu des traces de pas de 38 000 ans donc c'est encore plus ancien au Mexique. Cela est contesté donc on revoit les datations. Mais il est très clair que les Homo sapiens, sont arrivés là-bas même avant 30 000 ans puisque les traces de pas en attestent, mais qu'il y en a aussi au Chili, complètement au Sud. Autre chose, c'est que ces hommes et ces femmes sont arrivés d'abord en bateau le long des côtes ouest des États-Unis. Cela commence à faire un faisceau intéressant de données qui convergent toutes vers des dates plus anciennes, même pour l'Amérique du Sud.

Comment ces traces ont-elles été découvertes ?

Sur les bords de lacs. La plupart du temps lorsque l'on retrouve des traces de pas c'est souvent le long des berges de lacs qui ont été fossilisées. Là c'est le cas. C'est dans un parc naturel qui s'appelle White Sands. C'est quelque chose de remarquable parce qu'on peut reconstituer la marche et la taille de nos ancêtres. On trouve des traces de grands animaux, de loups préhistoriques. Donc, il y avait encore des animaux de très grandes tailles mais sous la pression démographique et l'activité de chasse ils vont disparaître assez rapidement.

Qu'est-ce que cela dit de l'évolution du climat ?

Nous avons des périodes glaciaires, mais on voit bien que pour qu'ils passent à pied il faut que nous ayons un période glaciaire parce que pendant cette période-là le niveau de la mer est plus bas. Ils sont également passés en bateau pendant les périodes plus clémentes. Il n'y a pas eu qu'un seul chemin pour les Amériques. Je crois qu'on n'est qu'au début de nos surprises.

Est-ce une thèse communément admise ?

Il y a une petite querelle rigolote entre les Yankees, au Nord, qui voudraient pour des raisons religieuses que ce soit le plus récent possible et les Latinos qui sont ravis à l'idée que ce soit plus ancien. Au Chili, on a des traces de 30 000 ans. On pense qu'ils sont venus en bateau à travers le pacifique. On pense aussi qu'il y a eu des arrivées, comme le chemin qu'avaient pris les vikings, du côté de l'Atlantique Nord. On pense qu'il y en a eu aussi vers les Açores. Tout cela fait l’objet de beaucoup de discussions. Je rappelle que les Homo sapiens naviguent depuis au moins 100 000 ans, donc on n'est pas au bout des découvertes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Archéologie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.