Coronavirus : le rappeur Booba sensibilise ses fans au confinement en publiant sa propre émission sur les réseaux sociaux

"C'est l'heure d'être solidaire", lance le rappeur.

Booba au festival des Vieilles Charrues, 18 juillet 2019
Booba au festival des Vieilles Charrues, 18 juillet 2019 (LOIC VENANCE / AFP)

Le rappeur Booba change de registre. Face à la crise sanitaire provoquée par le coronavirus partout dans le monde, B2OBA profite de son influence sur les réseaux sociaux pour "faire comprendre à la population que l'heure est très grave, qu'il y a beaucoup de gens qui meurent". L'artiste et chef d'entreprise a donc décidé de créer sa propre émission.

>> Coronavirus : suivez l'évolution de l'épidémie en France dans notre direct

L'émission, publiée sur son compte Instagram et sur sa page Facebook le dimanche 29 mars, dure 26 minutes et s'ouvre sur un montage en musique d'images d'hôpitaux, de malades, et de médecins affairés à sauver des vies. 

"Bonjour, on a décidé de faire cette émission pour aider du mieux qu'on peut", commence le rappeur. "On va essayer de vous montrer réellement ce qui se passe. L'heure est très très grave, on a besoin de tout le monde. J'utilise mon following pour sensibiliser les gens et j'invite tout le monde à faire la même chose." 

Voir cette publication sur Instagram

Avec l'honorable participation de Bernard Squarcini et @ben_coach_officiel . Merci à tous ‍☠️

Une publication partagée par boobaofficial (@boobaofficial) le

Le rappeur n'hésite pas à user d'anaphore pour scander son message : "C'est l'heure d'être solidaire, c'est l'heure d'être vrai, c'est l'heure d'aider son prochain, c'est l'heure d'aider ses parents, c'est l'heure de s'aider soi-même, c'est l'heure de protéger ses enfants", martèle-t-il. "C'est une question de vie ou de mort malheureusement."

Le rappeur donne ensuite la parole à Ben, médiateur de rue à Nanterre, que l'on découvre en mission dans les quartiers et parcs de la ville pour "sensibiliser" la population, les jeunes, "parce qu'ils ne respectent pas trop le confinement et les mesures de sécurité, mais pas seulement".

"Et si on leur envoie les militaires"

A un jeune dans la rue qui dit ne pas supporter de rester enfermé chez lui, ajoutent "mais je me lave tout le temps les mains", il conseille le confinement, "c'est le mieux en ce moment, rester chez soi, tu es conscient que tu peux attraper et transmettre le virus ?", lui dit-il. Mêmes recommandations à des mères de famille qui sortent avec les enfants "prendre l'air". "On a des appartements sans balcons", confient-elles. 

"Et si on envoie l'armée ?", interroge Booba. "Les familles qui sortent pour prendre l'air, elles écouteront", souligne Ben, mais "les petits prennent ça comme un défi, ils jouent au chat et à la souris", ajoute-t-il.  "Ils oublient l'ennemi numéro un, ils oublient le corona", lance Booba. 

Le témoignage est suivi d'un montage d'images sur un mode humoristique qui rappelle les gestes barrière et compile des vidéos piochées sur la toile, questionnant également sur un mode sarcastique la gestion de la crise par les pouvoirs publics. 

"Il faudrait montrer des images un peu plus trash"

La deuxième partie de l'émission est une interview de Bernard Squarcini, ancien directeur de la Sécurité intérieure. "Ce virus touche tout le monde, les riches, les pauvres, les gens du monde entier", rappelle-t-il, avant d'expliquer les raisons de la nécessité du confinement, et de rappeler le travail des soignants. Booba le questionne également sur l'Afrique, et "tous ces pays qui n'auront pas les moyens de faire face".

"Le problème, c'est que l'ennemi est invisible, il faudrait montrer des images un peu plus trash" estime Booba avant de balancer des images de brancardiers transportant des cadavres pour les déposer dans des camions frigorifiques faute de "place dans les frigos de l'hôpital". "Cette vidéo c'est pour sensibiliser les gens qui font les malins et qui pensent que rien ne peut leur arriver". 

"Nous avons besoin de pédagogie", conclut Bernard Squarcini. Cette émission est la contribution de Booba, adressée à ses centaines de milliers de followers sur les réseaux sociaux. Un panneau avec cette formule : "La confinerie n'est pas finie", conclut son film.