En Europe et aux États-Unis, la mise à l'écart d'artistes russes relance le débat sur le bien-fondé et l'impact du boycott culturel

La mise à l'écart qui frappe plusieurs artistes russes en Occident depuis l'invasion de l'Ukraine, dont la soprano superstar Anna Netrebko, relance le débat sur les boycotts culturels.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
La soprano russe Anna Netrebko à Metz en février 2020. (CHRISTOPH DE BARRY / AFP)

En deux semaines seulement, en Europe et aux Etats-Unis, les déprogrammations d'artistes et de compagnies russes sur les scènes new-yorkaise, londonienne, allemande, italienne, française ou polonaise, font surgir pour les arts russes la menace d'un isolement culturel. Du jamais-vu pour Moscou, même au plus fort de la Guerre froide.

Anna Netrebko, critiquée pour sa complaisance supposée envers le président Vladimir Poutine, a quitté le 3 mars le Metropolitan Opera de New York où elle devait se produire au printemps et à la saison prochaine. Le chef d'orchestre Valery Gergiev, proche du Kremlin, a été limogé le 1er mars de la direction de l'Orchestre philharmonique de Munich. Dernière victime en date: le chef d'orchestre Pavel Sorokin a été écarté lundi du Royal Opera House de Londres. A Paris, la Philharmonie va annuler la venue d'artistes ayant eu des positions favorables à Vladimir Poutine.

Même si les conséquences de ces mises à l'écart sont pour l'instant difficiles à évaluer, elles rappellent les mouvements internationaux contre l'apartheid en Afrique du Sud et Israël dans les Territoires palestiniens occupés (Boycott, désinvestissement, sanctions - BDS). Dans ces deux cas, des artistes étaient visés ou sommés de prendre position contre ces Etats.

"Soft power" russe

Pour Jane Duncan, de l'université de Johannesburg qui travaille sur le boycott culturel comme "agent du changement politique", les campagnes visant à isoler un pays de la communauté culturelle et sportive internationale peuvent être "très efficaces grâce à leur énorme impact psychologique".

D'autant que la "Russie est depuis des siècles fière de ses réussites intellectuelles, artistiques et sportives. C'est devenu une partie de son identité, son soft power dans la mondialisation", analyse la chercheuse qui pense même qu'un "boycott culturel pourrait doper la contestation qui a surgi en Russie contre l'invasion de l'Ukraine" décidée par le président russe.

Mais pour Frédéric Lodéon, violoncelliste français, élève du célébrissime violoncelliste et chef d'orchestre russe Mstislav Rostropovitch, "Poutine se moque absolument de ce que les artistes russes subissent en Europe, ce n'est pas leur boycott qui va changer son agressivité".

Emilia Kabakov est une artiste ukrainienne multidisciplinaire qui travaille à New York avec son mari depuis des décennies. A 76 ans, elle sait bien que "les artistes russes ont des difficultés" en Russie mais que cela ne date pas du conflit en Ukraine. "Pourquoi certains sont ici ?" à New York, interroge-t-elle. "Parce qu'ils ne peuvent pas vivre là-bas (...) Ils veulent une existence normale, sans restrictions". 

Où placer le curseur ?

 Alors où placer le curseur du boycott culturel ? Faut-il viser sans discrimination tous les artistes russes ou uniquement les proches du Kremlin ? "Il n'y a aucun boycott de la culture russe. Et les musiciens russes continuent d'être joués bien entendu", en France, a répondu il y a quelques jours la ministre de la Culture Roselyne Bachelot. Mais tout en ajoutant: "Il y a une ligne qui est très claire, nous ne souhaitons pas voir les représentants des institutions russes ou des artistes qui ont clairement apporté leur soutien à Vladimir Poutine".

Parfois, le boycott va plus loin et frappe des oeuvres russes. L'opéra Boris Goudonov (1869) de Modeste Moussorgski a été annulé début mars par l'Opéra national de Pologne, selon la presse spécialisée, et l'orchestre philharmonique de Zagreb a annulé deux oeuvres de Piotr Ilitch Tchaïkovski qui devaient être jouées fin février.

Culture de l'annulation

Se disant sous pression pour prendre position sur l'Ukraine, le chef d'orchestre russe Tugan Sokhiev a annoncé dimanche avoir quitté ses fonctions de directeur musical du Théâtre Bolchoï à Moscou et de l'Orchestre national du Capitole de Toulouse. Dans un communiqué, il a affirmé n'avoir "jamais soutenu et (être) toujours contre tout conflit sous quelque forme que ce soit" et a insisté "en tant que musicien" sur son "désir de paix".

Ce chef d'origine ossète (ethnie du Caucase russe) considéré comme un des plus grands de la jeune génération, a ajouté ne pas pouvoir "supporter d'être témoin de la façon dont (ses) collègues, artistes, acteurs, chanteurs, danseurs, réalisateurs sont menacés, traités de manière irrespectueuse et victimes de la culture de l'annulation".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Opéra

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.