"J'ai pas d'ennemi moi, c'est eux qui m'aiment pas" : Aya Nakamura s'amuse en chanson de ses détracteurs

La chanteuse francophone la plus écoutée au monde répond à ceux qui la critiquent qu'elle n'a pas d'ennemis, sans entrer dans les détails, ni les citer.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Aya Nakamura lors de la 36e Victoires de la Musique, à la salle de concert Seine musicale de Boulogne-Billancourt, en banlieue parisienne, le 12 février 2021. (BERTRAND GUAY / AFP)

"J'ai pas d'ennemis moi, c'est eux qui m'aiment pas": Aya Nakamura s'amuse de ses détracteurs dans Doggy, sa dernière chanson sortie, sans rien changer à son style, décrié par une extrême droite rebutée à l'idée qu'elle puisse chanter aux JO. Ce morceau dont des extraits avaient fuité il y a plusieurs années a été mis en ligne vendredi sur les plateformes de streaming par la chanteuse francophone la plus écoutée au monde.

Doggy commence tout en ego-trip, la chanteuse francophone la plus écoutée au monde assurant être toujours prête pour la "fiesta", avoir toujours le "cardio" pour ça. Puis elle répond, sans entrer dans les détails ni les citer, à ceux qui la critiquent depuis que le magazine L'Express a émis l'idée il y a quelques semaines qu'elle pourrait chanter à la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Paris le 26 juillet.

Une hypothèse que ni l'artiste, ni Emmanuel Macron, qui aurait discuté avec elle de l'éventualité d'une reprise d'une chanson d'Edith Piaf pour l'occasion, n'ont confirmée.

L'extrême droite hérissée

Ce scénario hérisse l'extrême droite et l'ultra droite. "Ce n'est pas un beau symbole, honnêtement, c'est une provocation supplémentaire d'Emmanuel Macron qui doit tous les matins se lever en disant 'Tiens, comment est-ce que je vais réussir à humilier le peuple français ?'", avait déclaré Marine Le Pen, présidente des députés du Rassemblement national, la semaine dernière sur France Inter. Précédemment, Marion Maréchal, tête de liste pour les élections européennes du parti Reconquête! d'Eric Zemmour, avait lâché sur BFM : "on aime ou on n'aime pas, elle ne chante pas en français". Aya Nakamura mélange pourtant français et argot des quatre coins de la planète.

"J'ai l'impression de vous avoir fait découvrir Edith Piaf et qu'elle s'est réincarnée en moi. Le reste, qu'ils nous aiment ou pas c'est leurs dos (dossier)", s'était amusée l'artiste mi-mars sur ses réseaux sociaux. La star franco-malienne née à Bamako il y a 28 ans, qui a grandi à Aulnay-sous-Bois en région parisienne, a connu un premier succès planétaire avec son tube Djadja en 2018.

Aya Nakamura, qui a sorti l'an passé son quatrième disque, DNK, joue depuis dans la cour des très grands. La chanteuse a livré fin 2022 un show interactif dans Fortnite, blockbuster du jeu vidéo friand de ce genre de collaborations, un type de passerelles réservé aux mégastars mondiales comme le rappeur américain Travis Scott ou la vedette brésilienne du foot Neymar. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.