Aya Nakamura, qui pourrait chanter Édith Piaf aux JO, ciblée par l'extrême droite

La chanteuse francophone la plus écoutée dans le monde, ciblée par des militants de l'ultradroite, a reçu des messages de soutien de la part des artistes et des personnalités politiques. Les organisateurs des JO de Paris se sont dits "choqués".
Article rédigé par franceinfo Culture avec AFP
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 3 min
La chanteuse française Aya Nakamura à Paris, le 29 février 2024. (MIGUEL MEDINA / AFP)

Aya Nakamura, qui pourrait chanter Édith Piaf aux Jeux olympiques de Paris, selon L'Express, a été stigmatisée lors d'un meeting de Reconquête et ciblée par une banderole d'un groupuscule de l'ultradroite ce week-end, avant de recevoir des soutiens dans la musique et la politique. Les organisateurs des JO de Paris se sont dits "choqués" lundi par les "attaques racistes" proférées par l'extrême droite. "Nous avons été très choqués par les attaques racistes visant Aya Nakamura ces derniers jours. Total soutien à l'artiste française la plus écoutée dans le monde", a réagi auprès de l'AFP le comité d'organisation des JO de Paris.

Ils ont ajouté ne pas souhaiter commenter le scénario avancé par L'Express, précisant que les spéculations dans les médias, concernant les artistes susceptibles de participer à la cérémonie d'ouverture des JO, ne seront pas commentées. "Ça laissera place à deux fois plus de surprises", concluent-ils.

Dimanche, des huées ont surgi à l'évocation de la chanteuse franco-malienne lors d'un premier grand meeting de campagne des élections européennes de Reconquête, parti d'extrême droite d'Éric Zemmour, au Dôme de Paris.

Par ailleurs, un groupuscule de l'ultradroite, Les Natifs, a posté sur ses réseaux une photo d'une banderole tendue par une dizaine de ses membres sur les bords de Seine. "Y'a pas moyen Aya, ici, c'est Paris, pas le marché de Bamako !", peut-on y lire (l'expression "Y'a pas moyen" est tirée de son hit "Djadja", qui cumule plus de 950 millions de vues sur YouTube).

"Vous pouvez être raciste mais pas sourd"

Selon L'Express, Aya Nakamura aurait évoqué avec Emmanuel Macron en février son éventuelle participation à la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques (26 juillet-11 août), avec la possibilité de reprendre un titre d'Édith Piaf. Ni le président de la République, ni la chanteuse francophone la plus écoutée dans le monde n'ont confirmé, pour l'heure, cette rumeur.

Aya Nakamura a réagi à cette banderole sur ses réseaux sociaux : "Vous pouvez être raciste mais pas sourd... C'est sa qui vous fait mal ! Je deviens un sujet d'état numéro 1 en débats ect mais je vous dois quoi en vrai ? Kedal".

Le chanteur Dadju, un des poids lourds du R&B en France, a pris la défense de la chanteuse sur ses réseaux : "C'est pour ca qu'on est en retard ici. Vous lynchez la plus grosse artiste du pays avec des arguments de CM1..." "C'était meme pas un combat mais mtn [maintenant] faut qu'elle chante, nous on va soutenir. C'est pas bamako, c'est pas bamako. Bande de chiens", écrit encore le chanteur.

L'artiste a reçu des soutiens de la part de certaines personnalités politiques. "Peu importe comme on vous aime, chère @AyaNakamuraa, foutez-vous du monde entier. Avec vous", a également posté sur ses réseaux la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra.

Le député LFI Antoine Léaument s'est aussi rangé du côté d'Aya Nakamura sur les réseaux, en s'en prenant aux Natifs : "Ils prétendent aimer leur pays, mais ils veulent en exclure la chanteuse francophone la plus écoutée dans le monde depuis Édith Piaf. On ne peut pas être raciste et patriote en France".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.