"Si on peut identifier un instrument n'importe où, on ne pourra plus le revendre" : contre les vols d'instruments, les professionnels s'organisent

Les vols d'instruments de musique explosent. C'est en tout cas le sentiment des musiciens et des professionnels du secteur, musiciens et luthiers, qui s'organisent pour lutter contre ce trafic, où la valeur des instruments peut varier de quelques dizaines d'euros à plusieurs millions d'euros.

Article rédigé par
Pauline Josse - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les professionnels de la musique s'organisent pour lutter contre les vols d'instruments en hausse. Image d'illustration (PHILIPPE ROY / AFP)

"Là, par exemple, c'est un des plus beaux violons de Sebastian Klotz." Pierre Franck est le propriétaire de La Petite Boutique des violons, rue de Rome, à Paris. Quelques mètres carrés qui renferment des trésors, parfois vieux de plus d'un siècle, comme cet instrument signé Klotz, luthier allemand du XVIIIe siècle. Mais dans un secteur où les vols et les trafics augmentent, il faut savoir ouvrir l'œil sur les instruments d'occasion qui transitent. Surtout que ces instruments peuvent valoir des millions d'euros pour les plus rares.

Alors, lorsqu'un client passe la porte de son magasin avec un étui épousant les courbes de la contrebasse ou du violon qu'ils renferme pour lui proposer de le vendre, Pierre Franck repère vite s'il a été volé. "Quand on voit un instrument arriver, explique cet ancien musicien professionnel, pour ne pas avoir de suspicion, il faut qu'il sorte d'un grenier avec la boîte d'époque, les cordes d'époque, l'archet qui va avec. Et qu'on sente bien qu'effectivement, c'est quelque chose qui a dormi pendant 100 ou 150 ans. Ou alors il faut que le propriétaire me dise : 'Ecoutez, j'ai moi-même joué de cet instrument pendant 40 ans'. Et ça, c'est facile à vérifier : il suffit qu'ils le jouent. Ou enfin : 'C'était à ma mère'. Dans ce cas-là, l'époque de la boîte, de la colophane ou des archers, tout doit être cohérent."

Une plateforme d'identification pour stopper les vols

Quand il a un doute sur le vendeur, Pierre Franck utilise Anipo, une plateforme d'identification en ligne des instruments pour vérifier si le violon a déjà un propriétaire. Anipo a été créé par la soprano Cyrille Gerstenhaber il y a cinq ans. "On aime tous notre instrument et on n'a globalement pas du tout envie de jouer sur un instrument volé, parce qu'on s'imagine ce que ça nous ferait à nous qu'on nous vole le nôtre. Si on peut identifier un instrument n'importe où dans le monde, on ne pourra plus le revendre, donc on arrêtera de nous les voler." Chaque année, des appels à l'aide de musiciens se multiplient sur les réseaux sociaux après le vol de leur instrument.

Pour identifier les instruments volés, à défaut de numéros de série, on se fie le plus souvent à des photos, par exemple des nervures du bois, du vernis ou de la forme de ses courbes : "C'est comme ça qu'on vient de restituer deux guitares de collection Martin volées à son propriétaire et ça nous a rendu hyper heureux !", se réjouit Cyrille Gerstenhaber.

La plateforme Anipo a aussi lancé une sorte de "Blablacar" des instruments, pour mettre en relation les musiciens en voyage et éviter de passer par les services des compagnies de transport. Elle propose également des étiquettes antivol à accrocher à l'étui, pour dissuader les potentiels auteurs de vol. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Classique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.