Un violon "de plusieurs dizaines de milliers d'euros" volé dans un TGV entre Poitiers et Paris

Le violoniste italien possédait son instrument depuis quinze ans. "C'est une perte terrible pour un musicien professionnel", explique David Réveillault, l'administrateur de production de l'orchestre.

Article rédigé par
avec France Bleu Poitou - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Illustration violon. (DENIS TRASFI / MAXPPP)

L'orchestre des Champs-Elysées, prestigieuse formation musicale basée entre Paris et la Vienne, lance un appel à témoins après le vol d'un violon d'un de ses musiciens mercredi 24 novembre dans un TGV entre Poitiers et Paris, rapporte mardi France Bleu Poitou. Le violoniste, un Italien, est sous le choc. Il possédait son instrument depuis quinze ans.

"C'est comme s'il avait perdu une partie de lui-même, explique l'administrateur de production de l'orchestre, David Réveillault. Nous étions en transit entre Poitiers et Zurich après un concert au Théâtre Auditorium de Poitiers. À notre arrivée en gare de Paris-Montparnasse, à la descente du TGV, il s'est aperçu que son instrument avait disparu."

"C'est le violon d'une vie"

Le violon dérobé est un Giulio Degani, étiquette Tononi, un instrument estimé "à plusieurs dizaines de milliers d'euros", mais bien au-delà de sa valeur marchande. "C'est une perte terrible pour un musicien professionnel, explique David Réveillault. C'est le violon d'une vie, d'une carrière. Cet instrument, il a vécu avec, il l'a fait évoluer, régler, ils ont formé un binôme sur scène."

L'orchestre des Champs-Elysées veut encore garder un peu d'espoir. "L'instrument est signalé, il sera très difficile de le revendre sans attirer l'attention, indique David Réveillault. Si le voleur essaie de le vendre, il se fera sans doute attraper et risquera gros. La meilleure chose à faire, c'est de le restituer, et les choses s'arrangeront pour tout le monde".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Musique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.