Cet article date de plus d'un an.

"Une opportunité dingue" : en pleine crise du Covid-19, les artistes comptent sur l'Eurovision pour remonter sur scène

Alors que les artistes sont privés de concerts depuis déjà plusieurs mois, la finale française de l'Eurovision se déroule samedi 30 janvier. Douze interprètes espèrent porter les couleurs tricolores à Rotterdam, aux Pays-Bas, en mai prochain.

Article rédigé par
édité par Cyrille Ardaud - Sébastien Baer
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La finale de l'Eurovision 2021 doit avoir lieu le 22 mai aux Pays-Bas. (STR / NURPHOTO)

Il y a ceux pour qui l'Eurovision n'est qu'un concours kitsch et ringard, un show d'un autre temps. Une conception que ne partage pas du tout la chanteuse Barbara Pravi : "C'est juste l'un des plus gros concours de chant international !"

Avec onze autres artistes, elle participe samedi 30 janvier à la finale France de l'Eurovision, dans l'espoir de représenter l'Hexagone dans ce grand concours européen qui a lieu tous les ans au mois de mai. Et après Tom Leeb l'an passé, il y en a pour tous les goûts : électro, cornemuse ou encore des chansons en corse ou en tahitien.

200 millions de téléspectateurs : une visibilité énorme

Pour les artistes, participer à la finale de l'Eurovision, c'est l'assurance de gagner en visibilité. Avec 200 millions de téléspectateurs, le concours représenterait pour Barbara Pravi la meilleure chance de sa jeune carrière : "C'est une opportunité dingue quand on est artiste en développement. Cela fait six ans que je suis dans les tuyaux et je n'ai encore jamais eu cette opportunité. Tant que tu n'es pas connue, tu n'as pas la chance de chanter ta chanson sur des plateaux télé. C'est comme ça, c'est un peu le serpent qui se mord la queue."

"On a besoin d'avoir l'énergie de la foule"

Privés de public depuis près d'un an, comme les autres artistes, les candidats voient aussi l'occasion avec l'Eurovision de renouer avec la scène, détaille Barbara Pravi : "Par rapport aux autres artistes qui en ce moment sont en off, en stand-by total, nous on a la chance qu'il se passe des choses."

Pour Clarence, du groupe Pony X, l'absence de public est en revanche un peu problématique : "Pour ce genre de musique, on a besoin d'avoir l'énergie de la foule. Chanter devant une caméra avec très peu de gens, c'est vrai que ce n'est pas la même chose que d'avoir un public très proche et d'être en connexion avec lui."

Pas de chanson sur le thème du coronavirus

Parmi les autres finalistes, on trouve le chanteur corse Casanova, ou encore des artistes engagés qui alertent sur le changement climatique ou la surconsommation, à l'image de Céphaz. En revanche, le thème de la crise sanitaire et du coronavirus n'a été choisi par aucun finaliste. "Heureusement d'ailleurs, souligne LMK, l'interprète de "Magique". Parce qu'on n'entend parler que de cette crise tous les jours. C'est tellement dans nos vies que je ne pense pas qu'on ait envie de mettre la crise sanitaire dans nos écouteurs." 

Reste une inconnue : quelle forme prendra la finale de l'Eurovision en mai prochain à Rotterdam ? Les organisateurs espèrent que la crise sanitaire n'aura pas raison du spectacle.

Eurovision, 12 artistes français pour une place : reportage de Sébastien Baer
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Chanson française

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.