Salon du livre jeunesse de Montreuil : l'exposition "La tête dans les images" à voir en plein air, dans vos bibliothèques et à la télé

Cette année, la grande exposition annuelle du Salon du livre jeunesse de Montreuil est installée en plein air, et déclinée pour les bibliothèques et la télé du Salon.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Exposition "La tête dans les images", Montreuil (Seine-Saint-Denis), le 3 décembre 2020 (franceinfo Culture)

"Oh, regarde maman, c'est quoi ?", interroge Simon, bouche bée, campé sur son petit vélo, tête en l'air, yeux fixés sur les images grand format suspendues dans le ciel. Depuis quelques jours, les passants déambulent autour et dans cette maison colorée, comme une cabane posée entre les tours de béton de cette vaste place de Montreuil (Seine-Saint-Denis). Au son de chants d'oiseaux, de cris d'animaux ou encore du roulis de la mer, ils peuvent admirer 44 illustrations grand format, installées en duos, signées par 12 artistes illustrateurs.

Exposition "La tête dans les images", Montreuil (Seine-Saint-Denis), le 3 décembre 2020 (Laurence Houot / franceinfo Culture)

Le Salon de Montreuil propose habituellement une grande exposition au sous-sol de la halle. Ne pouvant accueillir le public en intérieur cette année pour cause de Covid-19, l'exposition baptisée "La tête dans les images" est à voir en plein air, sur la place Aimé Césaire, à Montreuil. L'équipe du salon a également eu l'idée de la "dupliquer" en l'adaptant, pour que 240 bibliothèques en France puissent la présenter à leurs visiteurs. L'exposition est également visible sous forme de petits modules sur la télé du Salon qui diffuse ses programmes entre le 2 et le 7 décembre.

>>  Sept choses à savoir sur le programme du Salon du livre jeunesse de Montreuil 2020

"Comment naît et se construit une image"

"Les 44 images de l'expo sont extraites de 11 albums, que nous avons piochés dans la production récente, et choisies pour évoquer la poésie de la littérature jeunesse, qui passe par les illustrations, et faire comprendre comment naît et se construit une image", explique Nathalie Donikian, directrice littéraire du SLPJ (Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis). "Ces duos d'images expriment aussi l'idée d'intérieur/extérieur, de chaud/froid, le vide/le plein..."

Nathalie Donikian, responsable éditoriale du Salon du livre Jeunesse de Montreuil dans l'exposition "La tête dans les images", Montreuil (Seine-Saint-Denis), le 3 décembre 2020 (Laurence Houot / franceinfo Culture)

L'idée est aussi de "faire comprendre aux enfants, mais aussi aux adultes, comment se construit une image, le choix des couleurs, les techniques utilisées. On a des illustrations à l'aquarelle, de la gravure, et même de la peinture à l'œuf'", souligne-t-elle. "En juxtaposant deux images, on suscite des histoires dans la tête du visiteur", dit-elle. Comme avec ces deux images de Britta Tekentrup, extraites de son album Qu’attends-tu? (Albin Michel Jeunesse) : "Avec cette image d'un empilement de chaises et juste à côté celle de l'enfant perché, on peut imaginer que l'enfant a grimpé sur les chaises pour se hisser dans les hauteurs", s'amuse Nathalie Donikian.

Les duos fonctionnent aussi dans un jeu sur les textures, comme avec les images de la chaise et le hérisson, extraites de l'album On échange ! (Seuil Jeunesse), de Bernadette Gervais, lauréate de la Pépite d'Or cette année avec son ABC de la nature (Editions Les Grandes Personnes).

Exposition "La tête dans les images", Montreuil (Seine-Saint-Denis), le 3 décembre 2020 (Laurence Houot / franceinfo Culture)

"Nous avons mis aussi en regard ces deux images de l'album Le tournesol est la fleur du Rom, de Ceija Stojka, Olivia Paroldi (Éditions Bruno Doucey), un album qui aborde une question sombre, mais sous un jour qui reste optimiste, ", ajoute Nathalie Donikian.

"Tous les ans d'habitude on va au salon, donc on est très frustrés cette année", explique Esther, la maman de Simon, pendant qu'il continue à scruter les images. "Cette expo en plein air, c'est une bonne idée, les enfants aiment bien, d'autant qu'ici c'est un endroit où ils se retrouvent d'habitude pour jouer, et qui se transforme du coup en espace de découverte", fait-elle remarquer.

Esther et son fils Simon, dans l'exposition "La tête dans les images", Montreuil (Seine-Saint-Denis), le 3 décembre 2020 (Laurence Houot / franceinfo Culture)

Un peu plus loin une nounou poussant la poussette d'une main, une guirlande d'enfants dans l'autre, flâne entre les tableaux le nez en l'air en s'exclamant "Regardez comme c'est beau, oh là là j'adore !" Ouverte à tous et gratuite puisqu'elle est installée dans l'espace public, l'exposition restera en place après la fin du salon le 7 décembre, et ce pour une durée qui n'est pas encore déterminée.

Les images de l'exposition sont également mises en scène dans des modules télé diffusés sur la chaîne du Salon, baptisés du même nom que l'exposition. Ces programmes courts offrent un éclairage sur les dessous de ces images, avec les commentaires de Lucie Cauwe, journaliste spécialisée, et lus par Chloé Chope. "Un genre de 'Dare dare' de l'illustration jeunesse", précise Nathalie Donikian.

À voir et à jouer dans 240  bibliothèques de France

Pour Fabrice Chambon, directeur des bibliothèques de Montreuil, cette exposition déclinée pour les bibliothèques est une aubaine. "Nous avons pour l'instant collé les images sur la devanture de la bibliothèque éphémère (la bibliothèque est en travaux) mais dès que nous allons rouvrir au public nous allons composer notre exposition avec les images mises à disposition par le salon", explique-t-il. "Ils nous ont fourni également du matériel pédagogique pour organiser des ateliers autour de cette expo."

Fabrice Chambon, directeur des bibliothèques de Montreuil (Seine-Saint-Denis), le 3 décembre 2020 (Laurence Houot / franceinfo Culture)

Pour ce bibliothécaire de Montreuil, qui a l'habitude de travailler chaque année en collaboration avec le Salon, cette initiative amorcée en raison du contexte sanitaire est une nouvelle opportunité pour toutes les bibliothèques de France. "J'espère que cela continuera, cela permet aux bibliothèques de tout le pays, de Douai à Gap, de bénéficier de l'expertise des équipes du salon, et d'un matériel modulable, pour mettre en place des actions de médiation. Parfois c'est difficile pour les bibliothécaires, ils n'osent pas se lancer. Avec des supports comme ça, cela simplifie les choses, ils y vont les yeux fermés."

Cette édition exceptionnelle a poussé le Salon de Montreuil à inventer d'autres manières de faire vivre la littérature jeunesse, et inauguré toutes sortes de dispositifs que les organisateurs espèrent pouvoir pérenniser. "La crise sanitaire a tout chamboulé, et c'est vrai qu'on peut déjà dire qu'il y aura un avant et un après salon 2020", promet Sylvie Vassallo, la directrice du Salon.   

Exposition "La tête dans les images"
Place Aimé Césaire à Montreuil (Seine-Saint-Denis), depuis le 2 décembre 2020

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.