VIDEO. Mort de Charles Aznavour : quelles différences entre obsèques nationales et deuil national ?

Hommage national, obsèques nationales, deuil national : quelles sont les différences et à qui ces cérémonies sont-elles réservées ? Les réponses de franceinfo.

FRANCEINFO

Le chanteur Charles Aznavour s'est éteint, lundi 1er octobre. Et depuis, des parlementaires ont lancé un appel pour un "hommage national". Cette cérémonie est habituellement destinée aux militaires, mais peut également concerner des personnalités au destin exceptionnel, comme ce fut le cas pour Jean d'Ormesson, le 8 décembre dernier. L'hommage national suit un protocole formel. Il inclut notamment un éloge funèbre du président de la République. Le chanteur Johnny Hallyday avait, lui, eu droit à un hommage populaire, moins formel que l'hommage national. Cette cérémonie en présence du chef de l'Etat mettait en avant l'hommage rendu par le peuple français.

Les obsèques nationales restent exceptionnelles

Les obsèques nationales sont quant à elles plus rares que l'hommage national. Elles sont réservées à des personnalités qui ont joué un rôle exceptionnel, telles que l'écrivain et homme politique Aimé Césaire, en mars 2008, l'Abbé Pierre, en janvier 2007, ou encore Simone Veil, le 5 juillet 2017. Dans la forme, les obsèques nationales ressemblent à l'hommage national. En revanche, elles sont exclusivement prises en charge par l'État et relèvent d'un décret du président.

Enfin, le deuil national, décrété pour les anciens présidents Charles de Gaulle, Georges Pompidou et François Mitterrand, mais aussi pour honorer les victimes des attentats de 2015 notamment. À la cérémonie formelle s'ajoutent des mesures extrêmement rares telles qu'une minute de silence, des édifices publics fermés ou encore les drapeaux mis en berne.

Les obsèques d\'Alain Decaux, dans la cathédrale Saint-Louis-des-Invalides, à Paris, le 4 avril 2016.
Les obsèques d'Alain Decaux, dans la cathédrale Saint-Louis-des-Invalides, à Paris, le 4 avril 2016. (PATRICK KOVARIK / AFP)