Comment changer de regard sur l'échec avec Charles Pépin

Invité du 13 heures, Charles Pépin, philosophe, détaille "Les Vertus de l'échec", titre de son nouveau livre. 

Voir la vidéo
France 2

Pour Charles Pépin, échouer n'est pas une faute, une faiblesse ou une tare. Le philosophe et écrivain est invité du 13 heures de France 2. Son dernier livre révèle Les vertus de l'échec. "Le but de mon livre est de montrer les conditions sous lesquelles un échec peut être profitable et où il peut y avoir une sagesse de l'échec", indique Charles Pépin. Il détaille trois grandes vertus : "la première, c'est qu'il n'y ait pas de déni de l'échec, la deuxième, c'est que je ne m'identifie pas à l'échec. Je distingue avoir raté et être un raté. Et la troisième, c'est que je sache aimer prendre le temps de m'arrêter pour me demander ce que mon échec a à me dire", complète le philosophe.

Pas les mêmes vertus

Des grands noms comme Serge Gainsbourg, Steve Jobs, Barbabra ou Rafaël Nadal ont vécu l'échec avant de réussir et c'est sans doute leur force. "Mais attention, alerte Charles Pépin, ce ne sont pas les mêmes vertus de l'échec. Dans le cas de Gainsbourg, son échec comme peintre lui a ouvert une voie nouvelle et a occasionné une bifurcation existentielle. Dans le cas de Barbabra, son échec lui permet de persévérer dans la même voie." Pour Steve Jobs, c'est l'apprentissage de l'humilité et pour Rafaël Nadal, un gain en compétence.

Le JT
Les autres sujets du JT