Consommation : que valent les produits "artisanaux" ?

France 2 vous aide à faire le tri entre toutes ces appellations qui vous font croire que vous achetez des produits artisanaux : "cuit au chaudron", "moulé à la louche", de quoi donner envie, mais quelle réalité se cache derrière ?

France 2

"Tressé à la main", "moulée à la louche", "cuit au torchon" ou encore "au chaudron", des appellations qui sentent bon la vieille tradition française, pourtant aujourd'hui, leur fabrication est quasiment tout le temps industrielle. Simple marketing ou gage de qualité, le consommateur n'y trouve pas toujours un atout gustatif : "On peut écrire n'importe quoi sur un emballage", constate, dubitatif, ce jeune homme.

Cinq coups de louche pour un camembert

Direction la Normandie, dans une fromagerie où sont produits la moitié des camemberts moulés à la louche en France. Une vingtaine de mouleurs s'activent. Pour fabriquer un fromage, il faut cinq coups de louche espacés chacun de 50 minutes. Pas de folklore selon la responsable, mais un véritable tour de main qui présente un intérêt. Tout est calculé au millimètre et à la minute, chaque mouleur fabrique plus de mille camemberts par jour.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des camemberts en court d\'affinage à la coopérative d\'Isigny-sur-Mer (Calvados), le 4 avril 2014.
Des camemberts en court d'affinage à la coopérative d'Isigny-sur-Mer (Calvados), le 4 avril 2014. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)