Mort de Helmut Berger : l'acteur fétiche de Visconti en cinq films inoubliables

Compagnon et muse du réalisateur italien Luchino Visconti, Helmut Berger, mort jeudi à l'âge de 78 ans, s'est illustré dans plusieurs de ses longs-métrages. Retour sur cinq films marquants de la carrière de l'acteur autrichien.
Article rédigé par Arthur Ponchelet
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Helmut Berger en 1972 dans "Ludwig : le crépuscule des dieux", où il incarne le roi Louis II de Bavière. (UNITED ARCHIVES / HULTON ARCHIVE / GETTY IMAGES)

Un géant du cinéma italien s'en est allé. Helmut Berger est décédé le 18 mai à l'âge de 78 ans, a annoncé son agent Helmut Werner. L'Autrichien, acteur fétiche et compagnon à la ville du réalisateur italien Luchino Visconti, était l'une des figures du XXe siècle. 

Célèbre pour sa beauté à couper le souffle, l'acteur était réputé pour ses rôles de composition dans les films de Visconti. Mais il s'est également illustré chez d'autres réalisateurs. Tour d'horizon des films inoubliables d'Helmut Berger.

1 "Les Damnés" (1969)

C'est avec ce rôle qu'Helmut Berger est propulsé dans une autre dimension. Compagnon de Luchino Visconti depuis plusieurs années, c'est lui qui lui offre l'un des rôles principaux dans Les Damnés. Dans ce film historique, Visconti raconte les réactions et péripéties d'une riche famille allemande lors de l'avènement du nazisme. Berger incarne Martin von Essenbeck, héritier de l'entreprise familiale, personnage sulfureux. Il se travestit notamment en Marlene Dietrich, performance qui le fait accéder à la postérité. 

2 "Le Jardin des Finzi-Contini" (1970)

C'est encore une fois le thème du fascisme que Berger évoque dans Le Jardin des Finzi-Contini de Vittorio de Sica, d'après le roman à succès de Giorgio Bassani. Le réalisateur dépeint une riche famille juive italienne, dans la ville de Ferrare, qui est peu à peu déchue au fil des lois antisémites de Mussolini. Les rapports entre la bourgeoisie locale et la famille, bien intégrée dans la société, se compliquent. Helmut Berger y incarne Alberto Finzi-Contini, l'un des enfants de la famille. 

3 "Ludwig : le crépuscule des dieux" (1973)

Helmut Berger retrouve Luchino Visconti dans Ludwig : le crépuscule des dieux. Il occupe le rôle principal, celui du roi Louis II de Bavière, aux côtés de Romy Schneider, qui incarne Elisabeth d'Autriche. Tout au long du film, Berger dépeint avec talent la déchéance tragique de ce roi idéaliste et romantique, traversé par ses propres contradictions. 

4 "Le Parrain III" (1990)

Après la mort de Luchino Visconti, la carrière d'Helmut Berger ralentit. L'acteur devient plus connu pour ses excès, ses penchants pour la drogue et ses scandales. Malgré tout, il continue de jouer au cinéma, mais dans des rôles moins importants. C'est ainsi que Francis Ford Coppola lui propose le rôle de comptable du Vatican dans le troisième volet de sa célèbre saga, Le Parrain

5 "Saint-Laurent" (2014)

C'est l'un des derniers rôles de l'acteur autrichien. Le biopic Saint-Laurent de Bertrand Bonello retrace la vie du couturier, avec l'impeccable Gaspard Ulliel en personnage principal. Le réalisateur du film choisit Helmut Berger pour incarner le couturier dans ses dernières années.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.