Festival de Cannes : Jean Dujardin et Valeria Bruni-Tedeschi attendus pour la montée des marches

"Les Amandiers", le nouveau long-métrage de l'actrice et réalisatrice Valeria Bruni-Tedeschi, sera projeté à 20 heures, dimanche 22 mai, au Palais des Festivals. 

L\'actrice et réalisatrice Valeria Bruni-Tedeschi à Rome en avril 2022. 
L'actrice et réalisatrice Valeria Bruni-Tedeschi à Rome en avril 2022.  (LUCA CARLINO / NURPHOTO)
Ce qu'il faut savoir

Elle fait partie des cinq femmes réalisatrices sélectionnées en compétition officielle au Festival de Cannes. L'actrice et metteuse en scène, Valeria Bruni-Tedeschi présente Les Amandiers, son cinquième long-métrage porté par Louis Garrel et une pléiade de jeunes acteurs au talent prometteur à l'instar de Zoé Adjani, Léna Garrel, Nadia Tereszkiewicz ou encore Suzanne Lindon. Le film, qui se déroule dans les années 1980, rend un hommage vibrant et intime aux fondateurs du Théâtre des Amandiers de Nanterre, Pierre Romans et Patrice Chéreau

L'autofiction, une passion française ? Tout comme Arnaud Desplechin, dont le film Frère et sœur, fait écho à sa propre relation avec son aînée, l'écrivaine Marie Desplechin, Valeria Bruni-Tedeschi revient sur un pan de sa vie. Dans Les Amandiers, la réalisatrice y conte sa formation théâtrale et son amour de jeunesse. 

 L'Iran à l'écran. Quatre ans après Border, qui avait reçu le prix Un Certain Regard, le réalisateur danois d’origine iranienne, Ali Abbasi, revient à Cannes, cette fois en compétition officielle avec Les Nuits de Mashhad (Holy spider), un thriller sur fond de féminicides dans une petite ville iranienne.

Jean Dujardin en flic de choc. Le dernier film de Cédric Jimenez, Novembre, avec Jean Dujardin, Sandrine Kiberlain et Jérémie Renier, sera projeté hors compétition à 23h30. Le réalisateur, qui s'était emparé d'un scandale policier avec Bac Nord, s'attaque cette fois à l'enquête de l'antiterrorisme qui a suivi les attentats du 13-Novembre.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #CANNES

17h26 : Female protestors shocked the #CannesFilmFestival at the "Holy Spider" premiere. They stormed the red carpet with a giant list of names and set off black smoke devices. https://t.co/j2CKd903zN https://t.co/mEptcrDIol

17h26 : Une banderole avec les prénoms des 129 victimes de féminicides en France depuis le dernier Festival de Cannes a été déployée ce samedi sur les marches par le collectif Les Colleuses. La scène a été immortalisée en direct par le photographe Raymond Depardonhttps://t.co/DoV8IoAvhX https://t.co/U2q4w1cTnu

17h25 : Angélique, Evelyne, Sofya, Nadia, une femme... Une immense banderole avec le nom des 129 victimes de féminicides en France a été déployée sur le tapis rouge cannois par des membres d'un collectif féministe, "les colleuses", à l'honneur d'un documentaire présenté dans l'après-midi sur la Croisette. Vêtues de noir, les militantes ont ensuite pris la pose, le poing levé, avant d'utiliser des fumigènes, nimbant le tapis rouge de fumée noire.

17h45 : Le réalisateur roumain Christian Mungiu est un régulier du Festival de Cannes où il a présenté tous ses films, avec trois récompenses à la clé, dont la Palme d’or pour 4 mois, 3 semaines, 12 jours en 2007. Il pourrait en être autrement cette année, tant R.M.N. déconcerte par son manque d’équilibre entre la chronique d’un village roumain et la dénonciation de la xénophobie qui y règne.



(LE PACTE)

15h48 : Et pendant ce temps, à Cannes, Tahar Rahim et Virginie Efira ont la classe sans faire aucun effort. Ils présentent le film Don Juan, de Serge Bozon, dans la section "Cannes Première" .



(VALERY HACHE / AFP)

15h47 : L'ambition : ni plus ni moins que de "créer un nouveau monde". Depuis Cannes, l'actrice Marion Cotillard et le réalisateur Cyril Dion, tous deux engagés dans la lutte contre le changement climatique et pour la préservation de l'environnement, ont annoncé le lancement de leur société de production. Newtopia (c'est son nom) entend mobiliser le pouvoir de la fiction pour imaginer “des nouvelles représentations du monde ou des nouvelles visions de l’avenir”, résument les intéressés dans cet article du HuffPost.

13h46 : Ruben Östlund brigue une seconde Palme. Révélé par Snow Therapy en 2014, puis consacré avec The Square, Palme d’or en 2017, le Suédois s’est imposé par son regard au second degré sur des fondamentaux sociétaux et culturels. Après la famille, puis la spéculation artistique, c’est cette fois à la lutte des classes qu’il s’attaque dans Sans filtre, qui concoure pour la plus haute marche du palmarès.  Charlbi Dean Kriek et Harris Dickinson dans "Sans filtre" de Ruben Östlund (2022). (PLATTTFORM PRODUKTION) (PLATTTFORM PRODUKTION)

13h10 : Cannes endeuillé. L'acteur Ahmed Benaissa est mort vendredi, avant la projection du film Goutte d'or dans lequel il est à l'affiche. Grande figure du théâtre et du cinéma algérien, il avait 78 ans. L'acteur Ahmed Benaissa lors d'une répétition de la pièce "Meursaults" du metteur en scène français Philippe Berling, le 20 juillet 2015, Festival d'Avignon. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP) (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

10h55 : Du show, du drame et de la comédie... A Cannes aussi, on sait tenir un public en haleine. Hier, deux réalisateurs déjà "palmés" et en compétition, le Suédois Ruben Östlund et le Roumain Cristian Mungiu, et un sémillant cinéaste-musicien électronique hors compétition, le Français Quentin Dupieux, ont monté les marches. Voici quelques images de cette soirée bien remplie. (VALERY HACHE / AFP)