La créatrice de #MeToo s'exprime après l'accusation d'agression sexuelle visant Asia Argento

"La violence sexuelle est une question de pouvoir et de privilège. Peu importe que l'auteur des violences soit votre actrice, activiste ou professeur favori, d'un genre ou d'un autre", a lâché Tarana Burke, lundi.

La fondatrice du mouvement #MeToo, Tarana Burke, lors du Sommet des femmes à Los Angeles, aux Etats-Unis, le 5 mai 2018.
La fondatrice du mouvement #MeToo, Tarana Burke, lors du Sommet des femmes à Los Angeles, aux Etats-Unis, le 5 mai 2018. (VALERIE MACON / AFP)

"Je l'ai dit et répété : le mouvement #MeToo est pour tout le monde, y compris ces courageux jeunes hommes qui parlent maintenant." L’activiste afro-américaine Tarana Burke, à l'origine de la campagne #MeToo dix ans avant l'affaire Weinstein, s'est exprimée lundi 20 août sur l'accusation d'agression sexuelle visant l'actrice italienne Asia Argento, figure de proue du mouvement incitant les femmes victimes d'agressions ou de harcèlement à s'exprimer. 

En avril dernier, six mois après avoir accusé le producteur Harvey Weinstein de viol, l'actrice a versé de l'argent à un jeune homme qui affirmait avoir été agressé sexuellement par l'actrice en 2013, alors qu'il était âgé de 17 ans, a révélé dimanche le New York Times.

"La violence sexuelle est une question de pouvoir"

Dans une série de tweets, Tarana Burke apporte son soutien à toutes les victimes d'abus sexuels, peu importe leur genre. "La violence sexuelle est une question de pouvoir et de privilège. Peu importe que l'auteur des violences soit votre actrice, activiste ou professeur favori, d'un genre ou d'un autre." Et appelle ses soutiens à ne pas laisser enterrer #MeToo. "Les gens vont utiliser ces articles récents pour tenter de discréditer le mouvement — ne les laissez pas faire."