Coupe du monde 2022 : le Qatar défait par le Sénégal et éliminé de sa compétition

Les Qatariens, naïfs défensivement, ont été battus par les champions d'Afrique, vendredi après-midi. Le nul entre les Pays-Bas et l'Equateur, plus tard dans la journée, a scellé leur sort.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La joie sénégalaise après le deuxième but face au Qatar, inscrit par Famara Diedhiou lors de la Coupe du monde, le 25 novembre 2022 à Doha. (KARIM JAAFAR / AFP)

La sortie, c'est (déjà) maintenant pour le Qatar. Battue pour la deuxième fois dans "sa" Coupe du monde 2022 par le Sénégal (1-3), vendredi 25 novembre à Doha, la sélection hôte a vu ses derniers espoirs de qualification s'envoler. Le nul entre les Pays-Bas et l'Equateur (1-1), en fin d'après-midi, a définitivement précipité leur destin, et ce avant même leur troisième match de poule contre les Oranje.

Tétanisés lors de leur match d’ouverture contre les Equatoriens (0-2), ils ont pourtant, cette fois, rivalisé avec le champion d’Afrique. L’issue aurait aussi pu être autre si Edouard Mendy n’avait pas sorti le grand jeu en deuxième période. Les locaux regretteront, aussi, de n’avoir réduit l’écart que tardivement, sur une tête de Mohammed Muntari (78e), devenu le premier buteur qatarien en Coupe du monde.

Le Sénégal débloque le compteur de l'Afrique

Mais le sort de cette rencontre avait, de toute façon, déjà basculé. Deux réalisations opportunistes de Boulaye Dia (41e après un cadeau de la défense adverse) et Famara Diedhiou (48e sur corner) avaient donné une marge solide aux Lions de la Teranga. L’espoir qatarien n’a d’ailleurs subsisté que quelques minutes, avant que Bamba Dieng ne close les débats (84e).

Battus en ouverture par les Pays-Bas, les Lions de la Teranga se relancent et deviennent la première nation africaine victorieuse dans ce Mondial. Le troisième match contre l’Equateur, mardi à 16 heures, sera déterminant.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Les Directs Sport

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.