Coupe du monde 2022 : avec le Brésil, le retour d'un "joga bonito" décomplexé

La Seleçao a réalisé une démonstration en huitième de finale contre la Corée du Sud lundi (4-1). Quatre de ses cinq attaquants présents sur la pelouse au coup d’envoi ont marqué.
Article rédigé par
De notre envoyé spécial à Doha - Denis Menetrier - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Les Brésiliens célèbrent le penalty de Neymar, face à la Corée du Sud, le 5 décembre 2022. (PABLO PORCIUNCULA / AFP)

L’histoire du huitième de finale Brésil-Corée du Sud (4-1) pourrait se résumer à la présence de cinq journalistes sud-coréens un rang devant nous en tribune de presse. À la 35e minute, juste après le quatrième but brésilien, ils n’étaient plus que deux. L’armada offensive brésilienne, souriante et dansante, les avait écœurés et eu raison de leur patience.

En s’imposant facilement face à la Corée du Sud, le Brésil a envoyé un message fort à ses concurrents pour la victoire finale dans la compétition. Avant de poursuivre, il convient de relativiser : les Sud-Coréens ont opposé au Brésil une opposition faible en première période avec énormément d’espaces dans lesquels les joueurs auriverdes se sont fait un plaisir de s’engouffrer. Mais le constat est sans équivoque après cette rencontre : le "joga bonito" (littéralement "joue bien" en portugais, qui signifie le beau jeu) est bel et bien de retour au sein de la Seleção.

Le Brésil a terminé à quatre buts mais aurait pu en inscrire le double. Les Sud-Coréens, à leurs dépens, ont dansé la samba à de nombreuses reprises sur la pelouse du stade 974 face aux solistes brésiliens qui sont parvenus à se trouver dans un jeu collectif offensif bien huilé. Le plus beau des hommages à Pelé, qui a suivi la rencontre depuis sa chambre d’hôpital au Brésil et à qui les joueurs brésiliens ont rendu un hommage en fin de match.

L'un des plus beaux buts collectifs du Mondial

"Les Sud-Coréens ont beaucoup plus ouvert le jeu que la Serbie et la Suisse. On a fait de très belles actions, on a très bien combiné", s’est félicité Richarlison en zone mixte après la rencontre. L’attaquant brésilien a inscrit le troisième but de son équipe, l’un des plus belles réalisations collectives du Mondial pour celui qui avait déjà inscrit une bicyclette contre la Serbie lors du premier match (2-0).

Lors de la deuxième rencontre, face à la Suisse (1-0), les Brésiliens avaient peiné à se montrer créatifs. Le retour de Neymar, absent lors des deux dernières rencontres en raison d'une entorse et buteur sur penalty lundi, a fait du bien. "Quand il n’est pas là, c’est plus difficile. Mais quand il est là, Neymar peut attirer les défenseurs et créer des brèches pour les autres", nous assurait avant la rencontre Muriello, un supporter brésilien originaire de Sao Paulo.

Les quatre autres attaquants présents sur la pelouse en ont profité. Lucas Paqueta, Vinicius Jr, Richarlison, Raphinha en plus de Neymar... Tous les sélectionneurs en rêvent mais peu oseraient tous les aligner d’entrée. Tite l’a fait. Le résultat, ce sont ces vagues incessantes sur les buts adverses. Et comme ce Brésil aime faire le spectacle, on a vu son défenseur et capitaine Thiago Silva pousser ses coéquipiers à ne pas s’arrêter en si bon chemin malgré un avantage de quatre buts à la mi-temps. "Cette équipe est audacieuse offensivement, c'est impressionnant", souffle même Tite, le sélectionneur.

Des premiers déséquilibres défensifs

Le revers de la médaille, ce sont quelques moments d’égarement en défense. Jusque-là, le Brésil n’avait encaissé qu’un seul but dans la compétition, contre le Cameroun (0-1), avec une équipe bis dans un match où la Seleção n’avait plus rien à jouer. Autrement, Alisson n’avait subi aucun tir cadré lors des deux premiers matchs. Contre la Corée du Sud, le gardien de Liverpool a dû s’employer avec quatre arrêts de grande classe et un but concédé.

Mais globalement, les occasions sont venues à la suite d’erreurs individuelles de la part des défenseurs brésiliens. Des erreurs qui peuvent être gommées. Le plan de Tite semble bien rôdé et l’équipe travaille collectivement. Raphinha et Richarlison font les efforts, quand Lucas Paqueta est un milieu offensif qui apprécie défendre. "Je pense que notre équipe doit se concentrer sur l’équilibre", abonde Tite. "Il ne faut pas perdre cet équilibre sinon on pourrait perdre. Il faut que tous nos joueurs aident en défense. Pas forcément Vinicius ou Neymar, qui doivent se concentrer sur l’attaque. Mais il faut que les autres apportent leur aide". 

La Croatie, futur adversaire du Brésil en quart de finale, devra trouver des ouvertures dans cette défense. Mais elle sait surtout que sa mission principale sera de contenir une attaque brésilienne qui n'a certainement pas assouvi toutes ses envies de but.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Coupe du monde 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.