Cet article date de plus d'un an.

Tour de France 2022 : Jonas Vingegaard rafle tout, Romain Bardet se replace, Tadej Pogacar perd gros… Les gagnants et les perdants de la 11e étape

Le Danois s'est imposé au sommet du col du Granon, mercredi, et s'empare du maillot jaune. 

Article rédigé par Maÿlice Lavorel, franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Jonas Vingegaard (à gauche), Romain Bardet (au centre) et Tadej Pogacar à l'arrivée de la 11e étape du Tour de France, à Serre-Chevalier (Hautes-Alpes), le 13 juillet 2022. (THOMAS SAMSON / AFP / GUILLAUME HORCAJUELO / EPA / MaxPPP)

La première étape de haute montagne a tenu toutes ses promesses sur le Tour de France 2022, mercredi 13 juillet. Après 151 kilomètres de course entre Albertville (Savoie) et Serre-Chevalier (Hautes-Alpes), et quatre ascensions, dont deux cols hors catégorie, le classement a été chamboulé. Les plus solides, Jonas Vingegaard en tête, se sont montrés, et le maillot jaune, Tadej Pogacar, a craqué. Franceinfo: sport fait le point sur les gagnants et les perdants de l’étape. 

Les gagnants : Jonas Vingegaard au sommet, Romain Bardet s'illustre

Jonas Vingegaard a frappé un grand coup. Le Danois, porté par la force collective de sa formation Jumbo-Visma, a assommé Tadej Pogacar et la course. Cela a commencé par une série d'attaques, aux côtés de Primoz Roglic, à 60 kilomètres de l'arrivée. Puis Vingegaard a porté le coup fatal à quatre bornes du sommet en s'extirpant à la pédale du groupe maillot jaune. Impérial sur la fin de l'ascension du col du Granon, il s'est offert sa première victoire sur les routes du Tour cet été, doublé d'un premier maillot jaune. Il compte plus de deux minutes d'avance sur son dauphin, Romain Bardet.

Le Tricolore a donné le sourire à ses supporters. Le coureur DSM a attaqué dans les derniers kilomètres du Granon, avant d'être éclipsé par Vingegaard. Mais il est resté concentré pour finalement franchir la ligne d'arrivée en troisième position, et grimper sur la deuxième marche du classement général. Très solide dans les ascensions, jamais lâché mercredi, Bardet est toujours dans le coup après onze jours de course.

Le Français mène désormais un groupe de six coureurs qui se tiennent en moins d'une minute au classement général. Deuxième sur la ligne d'arrivée au col du Granon, Nairo Quintana (Arkéa-Samsic) a montré des jambes pour la première fois depuis le départ, et remonte à la 5e place. Les deux leaders de l'équipe Ineos-Grenadiers, Geraint Thomas et Adam Yates, ont aussi fini devant Pogacar mercredi, et confortent leurs 4e et 6e places respectives au général. Idem pour David Gaudu, qui sauve les meubles (5e de l'étape, 7e au général), malgré son coup de fatigue au début de la dernière ascension.

Les perdants : Tadej Pogacar a tout perdu, Enric Mas dégringole

Le prodige a fini par craquer. Constamment attaqué sur les routes savoyardes, alors qu'il était isolé sans ses coéquipiers, Tadej Pogacar a d'abord répondu, avant de lâcher. Victime d'une spectaculaire défaillance, le Slovène n'a pas été capable de suivre l'ultime attaque de Jonas Vingegaard, et s'est même fait reprendre par les favoris décrochés avant lui, comme David Gaudu et Adam Yates. Il a franchi la ligne en 7e position, exténué et déchu. Il est désormais troisième au général.

Au rang des leaders qui ont perdu gros, on retrouve aussi Enric Mas (Movistar). Alors qu'il comptait trois minutes de retard sur Pogacar au départ à Albertville, l'Espagnol est désormais relégué à plus de neuf minutes de Vingegaard. Jamais présent pour peser dans la bagarre, il a subi l'étape et n'a pas été capable d'accrocher le premier wagon. Il peut dire adieu à ses rêves de victoire, voire de podium.

Le classement des favoris après la 11e étape 

1er : Jonas Vingegaard (TJV)
2e : Romain Bardet (DSM) à 2'16
3e : Tadej Pogacar (UAE) à 2'22
4e : Geraint Thomas (IGD) à 2'26
5e : Nairo Quintana (ARK) à 2'37
6e : Adam Yates (IGD) à 3'06
7e : David Gaudu (FDJ) à 3'13
8e : Alekasndr Vlasov (BOH) à 7'23
10e : Enric Mas (MOV) à 9'29

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.