Cet article date de plus d'un an.

Les métiers de la petite reine

Gérard Feldzer nous fait découvrir les métiers du transport dans les épisodes d’été de “Transportez moi”. A la veille de l’arrivée du Tour de France, focus sur le vélo.

Article rédigé par Gérard Feldzer
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Vue aérienne du 23 juin 2022 par un drone, montrant des tracteurs et des bottes de foin dessinant un vélo, une sculture de "land art" au bord de la route à Jutland, au Danemark.
 (MADS CLAUS RASMUSSEN / RITZAU SCANPIX / AFP)

Bas carbone et peu gourmands en métaux, les vélos, VAE, trotinettes électriques et autres modes de transport doux s’imposent peu à peu dans le paysage de la mobilité. Des fabricants aux livreurs à deux roues, retour sur les métiers qui sous-tendent cette dynamique inédite.

Le développement d’un secteur qui embauche

Il a déchaîné les passions au cours des dernières semaines qui ont vu se dérouler l’édition 2022 du Tour de France : le vélo est en pleine ascension, mais il n’est pas seul. Les modes doux sont l’avenir du déplacement en milieu urbain. De la marche au vélo cargo en passant par la trottinette électrique, le secteur est en plein boom et s’impose comme un important créateur d’emplois.

Les livreurs à pied ou à vélo foisonnent dans les grandes villes. Fludis est une compagnie qui embarque à bord d’une péniche une flotte de vélo-cargos et déploie ses livreurs à chaque escale, et s’inscrit à contre-courant de la sous-traitance à des auto-entrepreneurs.

“Ce sont nos pilotes et ce sont nos livreurs aussi, tous en CDI, ça fait partie du modèle qu’on a voulu. On n’est pas trop pour les plateformes intermédiaires avec une chaîne de sous-traitance, donc ce sont nos capitaines et nos équipes de livreurs”, explique Gilles Manuelle, président-fondateur de Fludis.

La redynamisation du tissu économique européen

Le développement des modes doux est aussi l’occasion pour les architectes et urbanistes de revoir l’aménagement urbain. Les transports doux proposent également de nombreux emplois de commerce, tels que la vente et les réparations, bien sûr, mais voient aussi l’émergence de nouveaux petits fabricants sur tout le territoire.

Certains comme Boudebois proposent des cadres en bambou. Gaël Enaud, créateur de la marque, souligne les atouts de ce matériau peu utilisé :

“Le bambou a des propriétés mécaniques qui sont très intéressantes. Il va permettre d’absorber les micro-vibrations de la route, et du coup d’avoir un confort à l’usage beaucoup plus important.”

Gaël Enaud, créateur de Boudebois

à franceinfo

À l’échelle européenne, le vélo génère près de 700.000 emplois. Cela englobe des concepteurs, des designers, des ingénieurs en mécanique et génie électrique, ou des gestionnaires et des commerciaux. Mais cette industrie reste très dépendante des fournisseurs de composants en Asie, avec des aléas de livraisons que l’expansion d’une filière française pourrait pallier en promouvant l’économie et l’emploi. 

Des métiers et des passions

Au-delà de l’industrie, le vélo fait naître de nombreuses passions, que peu incarnent mieux que Gérard Holtz, journaliste, commentateur sportif, animateur et comédien. Il ne tarit pas d’éloges au sujet de ce sport. “Moi qui ai le cœur en forme de vélo, je vais dire que c’est d’abord la liberté, ensuite c’est le respect de l’environnement absolu, et puis c’est bon pour le cœur. Vive le vélo !” 

Un amour du vélo qui est partagé par Michel Drucker, et qui contribue au secret de sa mythique longévité. Le Tour de France matérialise selon lui les valeurs que porte ce sport et ses pratiquants :

“Si on veut réussir sa carrière, c’est comme dans le Tour de france, il ne faut pas être toujours en tête, il faut s’abriter du vent, il faut avoir de bon équipiers, il faut pouvoir récupérer dans la descente et compter sur la solidarité des autres. C’est une école de courage, le vélo, c’est vraiment quelque chose d’extrêmement dur. C’est pour ça que j’ai beaucoup d’admiration pour les coureurs du Tour de France.”

Le vélo a sa place dans la logistique urbaine, dans les déplacements domicile-travail ou encore dans le loisir, le tourisme et le sport de haut niveau. Une belle façon de conjuguer métier et passion. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.