Volley : la Chine n'intégrera pas le championnat de France la saison prochaine, la Ligue contrainte de "retravailler" son projet

La présence d'une équipe chinoise en Ligue A de volley pour la saison 2022-2023 semble compromise, après la demande du ministère des Sports aux dirigeants de la Ligue nationale de volley de revoir leur copie. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
L'équipe chinoise (en jaune) opposée à la Pologne, à Gdansk, en Ligue des nations, le 7 juillet 2022.  (PIOTR MATUSEWICZ / XINHUA)

Observer un smash d'un joueur de l'équipe nationale chinoise lors d'un match de Ligue A, l'image pourrait attendre. Le projet d'intégration de la Chine au championnat de France de volley masculin a du plomb dans l'aile. Le ministère des Sports attend des dirigeants de la Ligue nationale de volley (LNV) que le projet soit "retravaillé", a expliqué l'un des responsables du volley français à l'AFP, vendredi 23 juillet. 

"Le ministère n'aime pas tous les éléments de notre projet et aimerait que nous en changions certains", a précisé le président de la LNV, Yves Bouget, à l'issue d'une réunion avec la ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra. "Dans la mesure où on nous demande de retravailler complètement un projet, voire de le dénaturer, il est clair que la saison prochaine, il n'y aura pas d'équipe de Chine dans notre championnat", a-t-il estimé.

"La ministre n'a pas mis son véto"

Selon le projet initial, dévoilé début juillet, l'équipe de Chine, 17e au classement mondial, devait intégrer pour deux saisons la Ligue A et prendre ses quartiers dans une ville française à définir, afin de préparer les Jeux olympiques 2024 de Paris. Le président de la Fédération française de volley-ball Eric Tanguy, qui a également participé à la réunion au ministère des Sports, a insisté sur le fait que "la ministre n'a pas mis son véto".

"Elle a demandé à ce qu'on puisse revoir l'équilibre du projet : deux ans c'était peut-être trop court. Il faut voir s'il n'y a pas la possibilité de travailler sur quatre, voire cinq ans", a expliqué Eric Tanguy, en évoquant "des échanges qui s'élargiraient à l'équipe féminine et aux équipes de jeunes".

Deux millions d'euros en jeu

Alors qu'il s'était jusque là refusé à évoquer le montant de l'indemnisation que verserait la Fédération chinoise de volley-ball, le patron de la LNV, Yves Bouget, a révélé qu'il avait "prévu pour 2022-2023 les deux millions (d'euros) que devait nous verser la Chine".

La saison 2022-2023 de la Ligue A doit débuter le 30 septembre. En attendant une intégration pour la saison 2023-2024, espère Eric Tanguy, "on peut imaginer que les Chinois fassent des matches amicaux ou de gala contre des clubs français, cela serait un premier stade d'intégration".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Volley

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.