Voile : "Une victoire serait le fruit du travail accompli" estime Nils Palmieri à propos de la Transat en double qui arrive dimanche

Nils Palmieri et Julien Villion à bord de TeamWork occupent la première position de la Transat en double samedi à un peu plus de 24 heures de l'arrivée à Saint-Barth.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
TeamWork lors du départ de la Transat en double. (ALEXIS COURCOUX)

Nils Palmieri et Julien Villion se sont rencontrés en fin d’année dernière. Les deux hommes s’étaient affrontés sur le tour de France à la Voile. Désormais coéquipiers, l’association Franco-Suisse fait des merveilles puisque après 17 jours de course ils occupent la première position de la Transat en double à 24h de l'arrivée. Nils Palmieri, joint ce samedi matin du 29 mai, s'est montré confiant pour cette dernière ligne droite de course.

franceinfo : Nils quand avez-vous fait votre choix pour la route Nord, c’était un coup tenté au feeling ou préparé de longue date ? 

Nils Palmieri : Ça a été un choix très réfléchi, Julien a fait son travail d'analyse à la perfection. On avait une position dans la flotte qui nous a permis de choisir cette possibilité d'arriver par le nord relativement tard. Il faut savoir qu’en amont avec le groupe d’entraînement de Lorient avec Bertrand Pacé et le routeur Marcel Van Triest, on a longuement discuté de la fin de la course où, justement, en arrivant aux Antilles il faut toujours avoir un œil sur une approche par le nord car elle est souvent très favorable. Et c’est ce qui se passe. Les routages font partir souvent assez au sud mais il faut quelque fois se forcer à bien trouver des possibilités d'arriver par le nord. Donc c'est vraiment un choix stratégique qu'on avait déjà mûrement réfléchi à terre  

Il vaut mieux être chassé que chasseur dans ce sprint final ? Vous occupez la position idéale ? 

On est mieux dans cette position d’être chassé parce qu’on est dans l'alizé, ça part souvent par devant et on a la possibilité de calquer notre route sur nos rivaux. Et puis surtout on est dans une position de contrôle qui est très favorable parce que nous sommes en vent de travers voir beaucoup latéral qui se met entre les bateaux.

Le plus difficile maintenant ça va être de parer à l'aléatoire, c'est à dire éviter ou contourner les grains surtout la nuit, car on peut très vite perdre ou gagner du terrain. La nuit passée on a on a été un petit peu plus chanceux et vigilants aussi : on a vraiment essayé de slalomer un peu plus entre les grains, et en fin de nuit dernière on a pris une ligne de nuage vraiment dans le bon sens. On a eu 20 nœuds de vent pendant pratiquement trois ou quatre heures et au classement de ce samedi matin, on a vu que nous avions avancé très vite. Donc là pour le coup on a plutôt passé une bonne nuit même si on ne dort pas beaucoup. 

Niels à la barre, Julien en gros plan, le duo a le vent et les alizés en poupe.  (Julien Villion)

Qui fait quoi à bord ? Allez-vous vous relayer pour le sprint final ? 

On se répartit pas mal les taches à bord. Julien passe plus de temps sur l'analyse météo parce que c'est vraiment son point fort. Moi je passe plus de temps à la barre à essayer de faire avancer le bateau, à essayer la journée de slalomer aussi entre les sargasses parce qu’il y en a beaucoup.  

Pour le sommeil on fait beaucoup au feeling, on n’a pas beaucoup de règles, on communique, on se parle beaucoup et on n'hésite pas à dire à l'autre lorsqu'on voit qu'il est complètement cramé d’aller dormir. C’est indispensable de beaucoup se parler à bord quand on est en duo comme sur cette Transat. Mais là l’adrénaline va monter. 

Comment voyez-vous l’arrivée à Saint Barthélémy ? 

On va bien profiter des quelques heures qui nous reste pour bien se reposer afin de ne pas faire des bêtises à l'arrivée. Normalement on aura suffisamment d'avance pour éviter cela, on va peut-être lever un tout petit peu le pied en arrivant à la pointe de Colombier parce que il peut avoir des casiers il peut avoir des gens, des bateaux.  

Alors bien sûr on n'est plus aussi lucides qu’au départ du coup on va faire attention de faire ça bien et propre. Gagner une transat sur le circuit Figaro ou tout le monde a pratiquement le même matériel ça se joue à armes égales.

Quand on voit les concurrents qu'on a en face de nous, une victoire nous ferait vraiment plaisir, ce serait le fruit du travail accompli. Moi c’est ma troisième transat, Julien fait du Figaro depuis deux ans et ça fait rêver pour d'autres projets, mais passons d’abord la ligne avant de rêver.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Voile

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.