Grâce aux satellites, les skippers du Vendée Globe sont prévenus du danger des icebergs

Une filiale toulousaine de l'agence spatiale conçoit grâce à des satellites des cartes pour prévenir les skippers du danger des icebergs.

Surnommée l'Everest des Mers, la course du Vendée Globe, se rapproche de l'Arctique. La course autour du monde sans escale et sans assistance s'achèvera en Vendée cet hiver. Anticyclones, dépressions et même iceberg, le parcours de 40 000 km est semé d'embûches.

Une mission de protection

Les zones à risques pour les bateaux se situent surtout l'ouest de l'Atlantique et les terres australes françaises. L'entreprise CLS à Toulouse est chargée de délimiter la présence d'icebergs grâce à des images fournies par sept satellites.

On utilise des modèles de dérive pour faire de la prévision pour savoir où va se trouver l'iceberg dans quelques heures et jours.

Stéphanie Limouzin

Directrice adjointe de CLS

Des zones à risques sont ainsi définies et interdites aux skippers. La zone d'exclusion de l'Antarctique est évolutive au fil de la course. Au pôle Sud, c'est l'été austral et le continent de glace qui diminue forme des icebergs. Le parcours retour du Vendée Globe est à l'étude avec toujours la même mission : délimiter la présence d'icebergs.

Le danger des Ofni

Le seul danger rencontré par les skippers jusqu'à présent, ce sont les Ofni (objets flottants non identifiés) comme les bouts de bois ou les containers entre deux eaux. Sébastien Simon en a fait les frais. Le skipper qui a vu son embarcation heurter un Ofni a dû jeter l'éponge en raison de l'étendue des dégâts. 

Les icebergs sont un danger pour les skippers du Vendée Globe.
Les icebergs sont un danger pour les skippers du Vendée Globe. (France 3)