Cet article date de plus de deux ans.

Une victoire "magique" pour Pierre-Hugues Herbert

Auteur de l'exploit du jour aux dépens de Daniil Medvedev, Pierre-Hugues Herbert a vécu un moment "magique" sur le court N.14 de Roland-Garros. Joueur de double, l'Alsacien voit aussi en cette victoire un signe qu'il a bien fait de se concentrer sur le simple cette année.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
 (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Il cherchait un succès référence à Roland-Garros, lui permettant de conforter son choix de se tourner davantage vers une carrière en simple. "J'ai mis l'accent sur le simple et gagner ce premier tour a beaucoup d'importance", a-t-il assuré.

Après avoir tout raflé ou presque en double (US Open 2015, Wimbledon 2016, Roland-Garros 2018 et Melbourne cette année), le joueur de 28 ans précise qu'il n'a "aucun regret" d'avoir longtemps favorisé le double. "Si je suis là en simple, c'est grâce à ma carrière en double", a-t-il même justifié. "Après notre victoire à Melbourne (en janvier), j'ai pensé que c'était le bon moment de le faire. (…) On verra bien si c'était une bonne décision", a-t-il dit.

Pour sa cinquième participation en simple à Roland-Garros, il n'a pourtant pas vraiment été gâté par le tirage au sort. Opposé au 14e joueur mondial, le natif de Schiltigheim a d'abord peiné, concédant les deux premiers sets. "Je suis entré sur le terrain avec l'intention de lui rentrer dedans, mais à chaque fois que je jouais mon jeu, que j'étais agressif, il était présent. J'ai tenté de varier mes coups, jouer des cloches mais il avait réponse à tout. Quand j'ai joué moins vite, ça a fini par marcher", a-t-il analysé.  Après un combat de 3h54, il a eu le dernier mot (4-6, 4-6, 6-3, 6-2, 7-5 ), s'imposant pour la première fois après avoir été mené de deux manches.

"Les spectateurs m'ont permis de tenir"

Le Français qui a déjà atteint le troisième tour l'an passé, s'est aussi servi du soutien du public dans un court N.14 totalement conquis. "On a l'impression que les spectateurs sont sur le court. Ils m'ont poussé et ça m'a permis de tenir", a assuré Herbert. "Je me suis appuyé sur eux", a-t-il ajouté. "Mais je n'ai pas trop paniqué, on joue, on joue on entre dans un long tunnel et au final, on gagne, c'était magique !", a assuré le Tricolore.

Le scénario de son match étant similaire à celui de son coéquipier en double Nicolas Mahut, Herbert avoue avoir été troublé par cette coïncidence. "J'ai voulu faire comme mon grand-frère", a-t-il ironisé, précisant qu'"il n'y a pas de challenge" avec l'Angevin de 37 ans. Pour toutes ces raisons, P2H classe cette victoire à part. "Elle a un peu plus de saveur que les autres", a-t-il déclaré avant de penser déjà à son prochain défi. Au deuxième tour, Herbert affrontera le vainqueur du match opposant Benoît Paire au Roumain Marius Copil.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.