Un champion olympique de natation se fait enlever un grain de beauté suspect grâce à un fan

Un fan du nageur australien Mack Horton a alerté l'équipe médicale du sportif sur l'évolution d'un de ses grains de beauté.

Le nageur australien Mack Horton lors de la finale du 400 m nage libre aux Jeux olympiques de Rio, le 6 août 2016.
Le nageur australien Mack Horton lors de la finale du 400 m nage libre aux Jeux olympiques de Rio, le 6 août 2016. (MARCOS BRINDICCI / REUTERS)

"Un grand merci à la personne qui a envoyé le mail au médecin de l'équipe de natation et qui m'a dit de faire vérifier mon grain de beauté. Bien vu. Très bien vu", a déclaré le champion de natation australien Mack Horton, sur son compte Instagram, vendredi 21 avril.

Le nageur a précisé qu'une personne anonyme avait aperçu la présence d'un grain de beauté suspect et grandissant sur son torse, lors des Jeux olympiques de Rio. Elle a alors envoyé un mail à l'équipe médicale du sportif, en conseillant au nageur de faire une examen de la peau. "Cette personne doit être une spécialiste de la peau qui devait être en train de regarder les épreuves de natation", a déclaré Mack Horton au Herald Sun (en anglais).

L'Australie, un des pays les plus touchés par le cancer de la peau

Shout out to the person that emailed the swim team doctor and told me to get my mole checked out. Good call. Very good call.

A photo posted by uoʇɹoɥ ʞɔɐɯ (@mackhorton) on

Le nageur, médaillé d'or au 400 m nage libre à Rio, n'a pas choisi de suivre ses conseils dans l'immédiat, mais a décidé de planifier des examens, après son séjour de cinq semaines en Europe.

Après avoir analysé le grain de beauté, les médecins ont donc décidé de le retirer. "Ils ont observé tout mon corps et regardé mon grain de beauté, et ont dit qu'il valait mieux l'enlever le plus tôt possible", raconte le nageur au Herald Sun.

L'Australie présente un des plus forts taux de mélanome dans le monde, selon le rapport "Cancer en Australie en 2010" (en anglais), réalisé par une agence gouvernementale. Un homme sur 14, et 1 femme sur 24 est diagnostiqué d'un cancer de la peau, à un certain stade, au cours de sa vie, rappelle le Herald Sun.