Fatigué et fauché, le "diable" du Tour de France va raccrocher sa fourche

Le célèbre spectateur "El Diablo" va mettre un terme à sa carrière déguisée, pour des raisons de santé et d'argent, selon "L'Equipe".

\"El Diablo\" bondit au passage des coureurs du Tour de France, le 8 juillet 2011, entre Le Mans (Sarthe) et Châteauroux (Indre).
"El Diablo" bondit au passage des coureurs du Tour de France, le 8 juillet 2011, entre Le Mans (Sarthe) et Châteauroux (Indre). (JOEL SAGET / AFP)

Pendant vingt-et-un ans, il a brandi sa fourche devant la cadence infernale du peloton. L'Allemand Dieter Senft, surnommé "El Diablo", ne sera pas sur le bord des routes du Tour de France 2015, avance L'Equipe (article payant), mardi 17 mars. Victime de problèmes de santé, le "diable" de 62 ans abandonnerait aussi pour des raisons financières.

Depuis son premier Tour de France en 1993 ("ma percée sur la scène internationale"), le barbu au chapeau à cornes a sillonné une centaine de courses chaque saison. Budget annuel : 10 000 euros pour l'entretien de sa voiture, 4 000 euros pour l'essence, 280 euros pour le costume et 100 euros de peinture pour taguer la chaussée (avec une amende de 420 euros lors du Tour de Suisse en 2005).

Opéré du cerveau

Malgré l'aide de sponsors, Dieter Senft a le porte-monnaie "troué", selon le quotidien sportif. Il doit aussi se ménager, après une opération au cerveau qui avait entraîné son absence sur le Tour de France 2012 et dont il ne s'est pas entièrement remis. Il reste alors les souvenirs, comme ici, en 2008, lorsqu'un coureur s'est emparé de sa fourche avant de faire semblant de la planter dans un coureur placé devant lui.

(PINARELLO72 / YOUTUBE)