VIDEO. Cyclisme : le dopage technologique, une nouvelle manière de tricher

Une enquête de Stade 2 s'interroge sur une nouvelle forme de triche dans le cyclisme.

FRANCE 2

Un coureur qui tombe et son vélo entame un demi-tour sur lui-même, une roue arrière qui continue de tourner après une chute... des images de course professionnelle qui alimentent la rumeur : et si les vélos étaient motorisés ? Jean-Pierre Verdy, ancien directeur de l'agence française antidopage, a répondu aux questions d'une équipe de Stade 2. Il affirme avoir été interpellé par plusieurs managers d'équipes du Tour de France. "Ils en avaient marre, ils étaient écœurés, ils avaient des suspicions sur certains coureurs et certaines équipes", exprime-t-il.

Un prix qui fait douter

On connaissait le moteur dissimulé dans le cadre du deux-roues, mais il existe des technologies bien plus avancées, comme une roue faite pour loger des aimants. Avec son appareillage électromagnétique, le vélo peut ainsi délivrer 200 watts, un surplus d'énergie significatif. Il coûte entre 50 000 et 200 000 euros, un prix qui laisse penser que le modèle n'est pas vraiment destiné aux amateurs.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les coureurs du Tour de France prennent le départ de l\'édition 2014, le 5 juillet 2014, à Leeds (Royaume-Uni).
Les coureurs du Tour de France prennent le départ de l'édition 2014, le 5 juillet 2014, à Leeds (Royaume-Uni). (MATT WEST / BACKPAGE IMAGES LTD / AFP)