Cet article date de plus de trois ans.

Après les sifflets contre Christopher Froome, le directeur du Tour appelle les spectateurs à "encourager" leurs "champions plutôt qu'à crier sur les autres"

Christian Prudhomme, directeur du Tour de France, a expliqué, vendredi sur franceinfo, que si des huées sont "très rare sur les routes du Tour de France, cela n'est pas rare dans un événement sportif".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le coureur de l'équipe Sky, Christopher Froome, et le directeur du Tour de France, Christian Prudhomme, le 20 août 2017, lors du passage du Tour d'Espagne en France, près de Nîmes. (JAIME REINA / AFP)

À la veille de la 105e édition du Tour de France, qui partira samedi 7 juillet de l'île de Noirmoutier en Vendée, le directeur du Tour Christian Prudhomme a appelé, vendredi 6 juillet sur franceinfo, à la mesure au sujet de Christopher Froome. Blanchi de soupçons de dopage cette semaine, le coureur de la Sky a fait l'objet de huées lors de la présentation des équipes jeudi. Pour Christian Prudhomme, mieux vaut "consacrer la puissance de ses cordes vocales à encourager ses champions plutôt qu'à crier sur les autres".

Sur 90 minutes de présentation, il y a eu effectivement 5 minutes de sifflets au moment où l'équipe Sky et Christopher Froome ont été présentés au public.

Christian Prudhomme

Christian Prudhomme a tenu à mettre ces huées en perspective. Selon lui, "c'est quelque chose de rare, de très rare sur les routes du Tour de France, mais ça n'est pas rare dans un événement sportif". L'ancien journaliste sportif a cité quelques exemples comme dans le foot où "l'équipe adverse est régulièrement sifflée dès qu'elle va jouer. Un joueur de basket, quand il doit faire un lancer franc, il est sifflé, hélas, ou un joueur de rugby quand il tente une pénalité." Par ailleurs, le directeur du Tour a tenu à rappeler qu'"il n'y avait pas de geste de violence".

Christian Prudhomme a appelé les spectateurs du Tour à la "sérénité". "Le vélo, c'est un sport où on dit régulièrement, parce que c'est vrai, qu'on peut encourager ses champions. (...) Les autres, vous ne les encouragez pas, voilà, c'est simple, a-t-il recommandé. Il faut consacrer la puissance de ses cordes vocales à encourager ses champions plutôt qu'à crier sur les autres."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tour de France 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.